Nouvel ange

Nouvel ange

______________________________________________________________________________
l_____________________________________________________________________________ll



Je le sens, Elane. J'ai cette même sensation que lorsque tu es morte. Cette inquiétude qui me pèse sur le coeur. Je tremble, mon crayon bouge sans cesse, soudain la secrétaire entre brusquement et dis à voix basse au professeur:
- mademoiselle Green s'est effondrée, l'ambulance est venue la chercher venue vite.

Sou
dain je me précipite hors de la classe et commence à courrir. j'entend derrière moi les cris de mon professeur m'ordonnant de faire marche arrière mais trop tard: je ne peux pas. Je cours et arrive enfin dans le hall. Deux ambulanciers soulèvent le brancard où gît, inconsciente, Liane. Elle est si pâle: ses rougeurs sur ses joues ont disparu, ses yeux rieurs sont clos comme des tombes. Je reste immobile. Il pleut aujourd'hui. Elle disparaît dans le flou de la brume et du rideau humide du ciel.

Quelques minutes plus tard.
______________________________________________________________________________
l_J'ai dû attendre la fin des cours pour aller à l'hôpital. L'angoisse étouffe mon coeur, la peur
l_pousse mes larmes, et je ne peux me dire qu'une chose: pourvu qu'elle ne s'en aille pas. Non, elle ne peut pas, ce serait trop injuste, non, elle ne peut pas partir.
L
es portes de l'ascenseur s'ouvre. Le bruit: tout s'agite autour de moi, les médecins courrent vers la salle d'op'. Je les suis et là, je vois Matteo et les parents de Liane. Mon coeur s'arrête, je n'arrive plus à respirer quand soudain Matteo frappe contre la vitre, laissant une marque en criant:
- LIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANE !!!! NOOOOOOOOOOON!!
I
l s'effondre par terre. La mère commence à pleurer et le père étouffe. Matteo me voit, je ne peux m'empêcher de pleurer à mon tour. Je m'accroupie près de lui et le prend dans mes bras.

_
__________________

Cette nuit,j'ai pas dormis. cette nuit, j'ai arrêter de pleurer. Cette nuit, je l'ai regardé s'en aller. Je fixai la fenêtre ouverte. La nuit noire jouît de ma peine, tandis que le vent caresse ma peau glacé, pâle et triste. Mes yeux sont rouges. Mes genoux regroupés, c'est dans cette étreinte que je puise le réconfort dont j'ai besoin.On fait avec ce qu'on a me direz-vous.

Cette nuit j'ai pas dormis. Sur un fond de mélancolie et de déprime, j'ai méditer, j'ai pensé, j'ai réfléchi et tous les synonymes en ce monde y sont passés.

Cette nuit, j'ai pas dormis. j'ai peur de me réveiller et d'avoir oublier son visage, son sourire, sa voix, j'ai peur de l'oublier elle. Parce qu'on a pas eu le temps, non, on a pas eu assez de temps parce qu'on avait juste le jour pour se voir. Le soir, on dormait.

Cette nuit j'ai pas dormis. Il y a comme un air de Coldplay, qui berce les souvenir d'une amitié passée. Je l'ai regardé s'envoler. Elle n'avait pas besoinde voile blanc, ni d'auréole, ni d'un visage paisible.

Cette nuit, j'ai pas dormis. J'ai vu un ange s'envoler , j'ai vu un ange s'en aller, j'ai vu mon ange monter au ciel...

Cette nuit, j'ai pas dormis. Je l'ai juste regardé partir.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site