Dernier souple (suite)

LISTEN

- T'es sûr de ne pas vouloir retourner dans ton établissement ?

- Non
, t'inquiète Rui, c'est juste un coup de barre, expliquais-je en enfilant mon blouson.


Il
porte mon sac et alors que nos mains se frolent, je rougis et baisse les yeux. Nous sortons de l'infirmerie et marchons un peu vers la cour. Je regarde toujours un peu dans le vide, lorsque Rui me demande:
- C'est ton petit ami qui te préoccupe ?

- N...n
on. Du moins, il n'y a pas que ça, c'est un ensemble de chose mais je n'ai pas envie d'en parler.

- Tu es sûr de n
e pas vouloir en parler.

- Rui, ne t'inquiète
pas: ça ira,merci^^.


Soudain j'aperçois à l'une des portes du bâtiment la silhouette d'un jeune homme qui m'est familière:
- T..Tyler ?!

Celui-ci maperçois enf
in. C'est lui, c'est Tyler. Nous nous rapprochons instinctivement tandis que mon ami reste en retrait. Me voilà face à lui, face à ses yeux bleus. Il a le regard triste. Je bredouille les larmes aux yeux:
- Tyler, qu'est-ce que tu...
Je n'ai pas le temps
de terminer ma phrase qu'il m'embrasse langoureusement, tout en me serrant contre lui. Je n'ai pas la force de m'extirper de ses bras qui m'enlacent contre lui. A vrai dire, je n'en ai pas envie, j'ai besoin de croire en quelque chose, de croire en l'amour que je lui porte même si il m'est infidèle. Ses lèvres se détachent enfin des miennes:
- Je suis désolé Ruth, dit-il avec sincérité. Je devrais rompre avec toi à cause de mes parents mais si je ne t'ai rien dit c'est parce que, je ne l'aime pas. Pour moi, je n'ai qu'une seule femme que j'aime et c'est toi...

- Combien
de secrets me caches-tu encore ? demandais-je la tête enfoui dans son torse.

-
C'était le seul, je ne te cache plus rien, Ruth. Et entre nous, je suis bein content que tu l'es découvert. Pardon de t'avoir fait souffrir tant, je suis vraiment désolé...

- J'ai beso
in de me raccrocher à quelque chose Tyler, sur lequel je n'ai aucun doute. Je ne veux pas me retrouver seule et sans cesse souffrir.


Il m
'enlace encore plus fort, et me chuchote: "je serais là quoiqu'il arrive".

__________נє иє νєυχ ραš мє яєтяσυνєя šєυℓє ____________


- Comment t'asu que j'avais eu un mal aise ? demandais-je.

-
Devine qui m'a prévenu...dit-il malicieusement.

- ...

-
Michael...

- Michael ?! m'écriais-je. Ca m'étonne un peu de sa part, vu que vous ne vous appréciez pas.

- Si t'es
étonnée, imagine la tête que j'ai eu quand il m'a appelé.


Nous rions
aux éclats, assis sur un banc. Tout l'après-midi nous avons discutés de tout et de rien, puis se fut le temps qu'il parte. Je l'accompagne jusqu'à la grille avant que nous nous quitions:
- Je t'apellerai lorsque je serais arriver au bahut. Okay ?

- C'e
st dommage que tu ne puisses pas rester ici plus longtemps, me plaignais-je.

- M
oi aussi, je souhaiterais rester avec toi ma puce, dit-il en me prenant dans ses bras.


Je l'
embrasse passionément, et le laisse s'éloigner. Mon coeur palpite, mes yeux pétillent, mon visage sourit: je l'aime.

suite

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site