Souffle de vie: épisode 9

Souffle de vie/ Heartless 9






Elle rit légèrement à ma pensée et m'invita à la petite table. Celle-ci était recouverte d'une nappe en dentelle brodée vraiment magnifique : il y avait un plateau de viennoiseries, une carafe de jus d'orange et nos gaufres sucrées étaient disposées dans une petite assiette aux motifs bleus.
- Asseyez-vous, m'incita-t-elle.

Je restai béate d'admiration devant ces merveilles, tout en m'asseyant. Cette maison devait être magique : on ne pouvait voir de telles choses en deux jours ! Je commençai à manger, me rappelant avec satisfaction que Jeff n'était pas la première personne que j'avais vue ce matin. Non, c'était un homme grand et svelte, aux cheveux d'ébènes et aux yeux indescriptibles...Cillian. Je devais admettre que penser à lui sans cesse devenait problématique, surtout en présence de sa tante. Enfin, elle devait être habitué. Je décidai d'engager la conversation pour me distraire un peu :
- Est-ce que...Enfin, ressentez-vous encore cette nécessité de voir votre...
- Scripte ? demanda-t-elle aisément, le sourire aux lèvres. Oui. Tout le temps. Mais après ces longues années, j'ai appris à minimiser cette sensation. Néanmoins, elle ne disparaît jamais. Cette dépendance est aussi bénéfique dans le cas des ascendants uniques. Si cette complicité, ce besoin absolu, devient réciproque, il n'y a pas de doutes pour que ce soit l'unicité d'un couple d'ascendants. C'est-à-dire que la relation qui lie le scripte à son ascendant, en devient plus forte. C'est l'unicité. Elle permet de révéler au scripte qui sont ses deux ascendants uniques.


Je rougis instantanément mais elle fit semblant de ne rien voir. Je la remerciai en une petite pensée au coin de ma tête. Je crois qu'elle l'entendit car elle murmura :
- C'est normal.
- Mais...Faut-il être amoureux pour être un couple d'ascendants uniques ?
- On ne devient pas ascendant unique, on l'est, me rectifia-t-elle avec sagesse. Même les humains ont, quelque part dans le monde, leurs ascendants respectifs. Bien sûr, il est vrai que si un scripte et son ascendant sont amoureux, ils sont des ascendants uniques. Ce fut le cas pour mon mari et moi. Mais son frère, par exemple, avait comme ascendant unique, son meilleur ami. Il n'est donc pas nécessaire d'avoir des sentiments amoureux pour son scripte, ou l'inverse, pour avoir l'unicité.
- Je vois...C'est compliquée, méditai-je.
- Vous me rappelez moi lorsque j'ai rencontré mon mari, rit-elle.
- Ah oui ? dis-je curieuse. Et qui vous a enseigné tout cela ?
- Personne.
- Mais alors...comment avez-vous... ?
- Oh ! C'est une longue histoire, rit-elle de plus belle. Il a fallu que John passe chaque matin devant ma maison, durant un mois avant que j'accepte ses explications. Je l'avais rencontré dans une librairie. Enfin, rencontrer...Disons qu'il gisait sur le sol à mon arrivé, derrière la caisse de son comptoir. J'essayais de lui faire un massage cardiaque sans trop de convictions. J'ai dit « pourvu qu'il soit en vie » et il a rouvert les yeux. Je ris encore de cet instant où nous nous sommes regardés comme deux extraterrestres provenant de différentes planètes ! Je suis partie en courrant après ça. Et tous les matins de Novembre, il passa devant chez moi. Me laissant des lettres, puis des boîtes sur mon perron, et ensuite il attendit sous le froid lui-même. C'est un samedi, le 28 novembre, que je lui ai ouvert alors qu'il tremblait comme une feuille.
- ...Et ensuite ? demandai-je, subjuguée par son histoire.
- Et ensuite...il n'est plus jamais reparti, susurra-t-elle avec tendresse, comme si elle revivait la scène. Nous ne nous sommes plus jamais quitté. Puis, un soir, il m'amena un petit garçon aux cheveux charbon, qui pleurait toutes les larmes de son corps. John avait une petite valise à la main, et de l'autre tenait la main de l'enfant. « Oncle Jo', pleurait ce garçon, où est maman ? » John me regarda et je compris qu'à présent, Cillian ferait parti de notre famille. Sa mère était morte dans un accident de voiture. C'était quelques jours avant Noël. Cillian ne s'en ai jamais vraiment remis. Il s'isolait dans la cour de récré, travaillait brillamment mais ne jouait jamais. Jusqu'à ce qu'il découvre qu'il était un scripte, et qu'il découvrit...

Elle s'arrêta, se redressa brusquement. La vieille femme posa alors son regard sur moi, se rendant compte que j'étais près d'elle. Elle sourit et chuchota :
- Peu importe. Cillian ne va pas tarder à revenir, vous devriez aller vous préparer.




Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site