Souffle de vie: épisode 15

http://partytheme.files.wordpress.com/2007/12/aube_celtique.jpg

 

Le visage de Cillian était impassible. Il regarda ensuite à travers la fenêtre, méditant sur le récit que je venais de lui faire. J’ôtai ma main de son bras lorsqu’il la prit et la serra dans la sienne, entremêlant nos doigts. Il ne voulait pas la lâcher. Quand j’essayai de l’enlever, sentant que ma détermination partait en fumée avec un tel geste, il disait d’une voix presque inaudible « attends », puis continuait de méditer. L’impression qu’il puisait en moi pour réfléchir, m’effrayait légèrement.

Soudain, il se leva, prit son manteau et passa la porte sans me dire un mot.

 

Je n’ai jamais compris ce qu’il lui était passé par la tête.

 

*

 

« …Après avoir relu mes notes, je me suis rendue compte qu’il y a une chose que j’avais oublié de mentionner. Peut-être suis-je habituée maintenant à mon rôle d’ascendante, mais il est vrai que des petits détails, aussi futiles qu’ils puissent paraître, peuvent apporter des réponses.

Depuis que John est parti en voyage, il m’arrive de pleurer encore, bien que notre unicité dure depuis longtemps maintenant. Pour remédier à cet état de fragilité, j’ai pris l’habitude d’utiliser une méthode plutôt satisfaisante : je focalise mon esprit sur un endroit précis. Celui que j’ai choisi est une plage déserte où j’ai l’habitude de me recueillir. Mais, invraisemblablement, j’ai cru voir des traces de pas dans le sable, comme si quelqu’un y était déjà aller. Je crois que ce lieu ne m’est pas venu par  hasard ; mais je ne compte pas pour autant découvrir ce qui se passe de l’autre côté de cette île imaginaire, si elle en est une.

Il est clair, cependant, que cet endroit à abriter d’autres personnes avant moi. Peut-être qu’en lisant ceci, vous vous demanderez de quoi je parle mais je sais que, certains d’entre nous, connaissent cet endroit particulier. Je demanderais à John s’il en sait quelque chose.

 

Pourtant, une idée persiste : j’ai l’impression que le réel se mêle au rêve… 

 

Elizabeth.»

 

 

-         Cillian !

-         Je suis là.

 

Je me réveillai en sursaut, le front perlé de sueur, la respiration haletante. Cillian assit au bout au bout du lit, me regarda avec suspicion. Ses cheveux rejoints derrière sa nuque, attachés d’une cordelette de cuir, il s’étira et bailla. Ses yeux, devenus cyan à la lumière du jour, me fixaient. Je posai une main sur ma poitrine pour me calmer, puis lui demandai de façon anodine :

-         Tu n’as pas dormi ?

-         Non.

-         Pourquoi ?

 

Il sourit malicieusement, soufflant sur la mèche de son visage, puis me dit :

-         Tu ne te souviens pas ?

-         Qu…Non, Quoi ? demandai-je sceptique.

-         Décidément, tu as plus d’affection pour moi lorsque tu dors, remarqua-t-il avec ironie. Tu t’es réveillée vers minuit, en m’entendant entrer certainement. Tu as couru me rejoindre dans le salon et…

-         Et quoi ? m’impatientai-je, les joues cramoisies.

-         …Tu t’es agrippée à moi en me suppliant de rester, ajouta-il avec mélancolie. Tu as pleuré dans mes bras pendant un moment puis tu t’es endormie. Je t’ai ramené dans ta chambre entre-temps, et voilà.

-         J’…J’ai fait ça ?!

-         Ah, j’ai vraiment du mal à te suivre, dit-il agacé. A croire que tu possèdes une double personnalité !

 

J’essayai de me remémorer cette épopée nocturne, mais en vain : je n’avais aucun souvenir de m’être réveillée en pleine nuit. Au contraire, c’était une nuit agitée que j’avais passée, incapable de me détendre. J’avais gesticulé entre mes draps sans trouver un sommeil paisible.

La tête entre mes mains, je m’interrogeai sur la fille que j’étais devenue : mon rôle d’ascendante en était-il la cause ? Je ne me contrôlai plus à présent. Dépitée, je déclarai :

-         C’est d’accord.

-         Quoi ? demanda-t-il perplexe.

-         Je vais vivre avec Tante Beth et toi.

 

« …Une découverte inattendue et des plus malheureuses me tourmente pourtant. Cela fait deux nuits que je fais des recherches sur ces individus : qui sont-ils ? Le protocole ? Leurs pouvoirs ?

Et comme à chaque fois, je ne trouve rien. John m’en a parlé mais avec une certaine retenue, de peur de m’inquiéter. Il ignore qu’il n’a fait qu’éveiller ma curiosité et que mon inquiétude est à son comble, surtout pour son neveu, trop jeune encore pour comprendre de quoi il est question.

J’ignorais l’existence de cette sorte d’ascendant : ils peuvent être les « maîtres » de plusieurs scriptes à la fois, et en abuser. Je n’en connais qu’une cependant, et je sais qu’elle s’en est prise à la famille de John. Cela m’inquiète car, jusqu’à présent, je n’ai jamais eu affaire à ce genre de personne. Serais-je capable de protéger mon scripte de ces gens ? Après tout, rien ne précise que l’unicité peut éventuellement jouer un rôle dans ce type de problème. C’est dans ces cas là que je regrette qu’il n’y ait rien sur l’existence des scriptes. J’aurais aimé en savoir un peu plus et savoir y faire face. Et voilà, pour la première fois depuis longtemps, je me sens désabusée et retrouve cette frustration que j’avais étant jeune, sur mon rôle d’ascendant.

 

Du peu que je sais, je retiens essentiellement ceci : un ascendant reste avant tout un humain et l’abus de pouvoir peut facilement monter à la tête de ces personnes. 

Malheureusement…

 

Elizabeth.»

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site