Souffle de vie : épisode 1

- Lisez -

J'aurais voulu ne pas commencer comme ça mais, il faut le dire....



C'était un jour comme les autres.

Après tout, j'avais pris le métro, assise près de la fenêtre, acheté mon café au lait avec deux sucres chez Peter's, marcher dix minutes avant d'arriver à la morgue, subit la blague perverse matinale de Jeff, mon patron ; enfiler ma blouse blanche et m'étais dirigée vers la salle où reposait mon ami du jour sur la table glacée métallique. Mes outils étaient soigneusement placés et nettoyés comme à leur habitude. Rien ne distinguait des autres jours, mise à part lui.

- Cillian McEwan, 26 ans, a été retrouver dans le jardin de sa tante sans son coeur, me dit Jeff sur un ton monocorde en mastiquant son habituel cure-dent marron.

Je remarquai alors le torse du jeune homme, fendu à l'emplacement du coeur. Bien que je ne fasse pas partie de ces médecins légistes qui, dans toutes les séries américaines, à partir d'une botte crasseuse pouvaient vous dire que le criminel était blond; je pus observer la netteté de la coupure. Aussi fine et précise que le travail d'un chirurgien: j'aurais juré que cela avait été fait au scalpel ! Enfin, ce n'est pas ça qui m'évita la blague d'accueil que lançait Jeff à chaque nouvel arrivant:

- Ca se trouve, une fille lui a brisé le coeur ! Ah ! "Briser" le coeur...T'as compris ? Hahaha !

J'aime me dire que Jeff aurait fait à merveille le portier devant les portes menant au Paradis, vous savez une sorte d'accueil pour les morts arrivants. Il les accueillerait avec sa bêtise et sa bonne humeur, les rassurant qu'au fond, l'au delà, c'est comme partout - [ puisqu'il y a des cons.]

- Il était jeune ce gars ! s'exclame soudain Jeff dont l'un de ses neurones s'était réveillé d'un long - très long- sommeil.
- Il était beau, dis-je, ce qui m'étonna puisque je n'avais pas l'habitude de laisser mes songes sortirent de ma bouche. Surtout quand mon patron était là d'ailleurs.
- Eh ! Mais c'est que notre Liv s'entiche d'un maccabé ! Hahah ! Fallait bien que ça arrive un jour avec ton entourage mortuaire. Dis, tu as des amis Liv ? Autre que ces poupées glacées, je veux dire.
Je ne répondis pas.
- Je m'en doutais ! se réjouit-il de sa voix grasse. Bah ! Tu sais que tu peux me compter parmi eux, hein ?


Mutisme prolongé.
J'en profitai pour le détailler et revenai à ma conclusion habituelle: Jeff était un être insignifiant. D'une taille moyenne, on pouvait se douter que sonrégime alimentaire était essentiellement constitué de plats tout fait, de fritures et autres aliments gras, en voyant sa bedaine proéminente. Son visage rond et huileux donnait l'impression que "parler" lui demandait un effort surhumain. Ses cheveux courts et ses yeux de rongeurs étaient noirs, et sa voix grasse grondait lorsqu'il riait aux éclats, comme un raclement de gorge prolongé...
Oui, Jeff était un être insignifiant , aussi seul que moi. A une exception près...
- Bon, je dois amener Chouki - Chouki ? - chez le vétérinaire. Ce chat va me coûter une fortune à force ! Quand je reviens, je veux que la paperasse soit faite, ok ?

Je me mordis la lèvre pour ne pas laisser paraître mon sourire de soulagement et me contentai d'opiner. Il tourne les talons, habitué par mon mutisme permanent, et ferma la porte derrière lui.


A suivre....

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site