Episode 2-4

Je suis arrivée à un point où je ne sais plus vraiment quelles sont mes convictions: sauver cette jeune fille est mon but mais serais-je prête à laisser ma vie privée en patir ? C'est la première fois qu'Aaron et moi nous sommes pas adresser la parole pendant trois jours. Je n'ai pas pu le voir et lorsque je l'avais au téléphone, elle se disait "surmené" de paperasse. Je sais que c'est faux mais je ne dis rien, je l'ai blessé et je m'en veux terriblement. Depuis quelques jours Eoden est dans le coma, mais cette nuit il s'est pasé une chose horrible.

Me voilà en train de courir dans la rue, rentrant brusquement dans mon bâtiment. Après être descendu de l'ascenceur, j'arrive à l'étage des soins. Clara m'aperçoit, accompagné de l'équipe (dont Aaron). Je m'approche de Clara évitant le regard d'Aaron qui fait de même.
- Eh ben, c'est la première fois que je vous vois en froid, enfin mise à part votre rencontre assez explosive...Explosive ? Oh! Comme la fois où il était dans la grange qui a explosé et que t'as craqué pour lui...quelle ironie ! Ricane-t-elle.

- Clara !

- Bon, bon...si on ne peut plus s'amuser. L'infirmière, Sacha Cambull, a été égorgé cette nuit alors qu'elle administrait une pîqure à Eoden.

- Quelle horreur, soupirais-je. Et la vidéo de surveillance ?

- C'est ça le plus bizarre, enfin tu me diras que dans le job où on bosse c'est pas étonnant, mais là, on dirait que quelqu'un a éteint la vidéo durant le meurtre puis l'a rallumé où on la voit gisant sur le sol. Personne ne sait qu'il y a des caméras à part les gens qui travaille ici ce qui minimisent le public visé. Eoden n'a aucune égratiggnure, elle est restée sur son lit dans le coma. Elle s'est réveillé il y a 20 minutes. Les inspecteurs l'ont interrogés, ainsi que le gardien de sécurité mais rien...aucune pite, termine ma collègue. C'est tout de même bizarre, non ? Il 'ny aucunes traces d'ADN et seule Eoden était dans la salle. Il se peut que se soit Nade, tu ne crois pas ?

- Non, quand Eoden est endormi, Nade reste prisonnière de sa conscience. C'est impossible qu'elle est réussi à sortir de l'esprit d'Eoden qui est dans le coma.

- Coma ne veut pas dire sommeil, rajoute Clara perplexe.

- Ce ne peut pas être elle...Eoden était dans le coma. Elle est assez bouleversée pour qu'on l'interroge. Je ne veux pas qu'elle soit mêler à ça.

- Tu ne crois pas que tu t'attaches un peu trop à elle ? Demande Clara.


Cette phrase me force à jeter un regard dans la direction d'Aaron. Je reste à penser quelques minutes, mais Clara ne tarde pas à me ramener les pieds sur Terre:
- Va lui parler...dit-elle.

- Quoi ?

- Aaron n'a jamais aimer une fille comme il t'aime, m'explique-t-elle. De toute évidence, il tient beaucoup à toi puisqu'il te dévisagait quand nous parlions, inlassablement. Va lui parler.

- Bon, dit le Boss en s'adressant au gars de la section scientifique, je veux que vous étudiez chaque parcelle de cette chambre au millimètre prêt. Vous, je vous attend à 15 heures pour réunion afin danalyser le cas de ce meurtre car de toute évidence: ce n'est pas un suicide. Vous savez tous ce qui vous reste à faire.A tout à l'heure.


Les gens du boulot se dispersent les uns après les autres, tandis qu'ils ne restent plus qu'Aaron et moi. Je m'approche de lui alors que le couloir est désert.
- Salut, dis-je.

-Salut Kim, dit-il sur un ton détaché.

- Hum...tu sais pour la fois où...

- Y a rien à dire dessus, me coupe-t-il. Jai du travail, excuse-moi.

- On peut tout de même en parler, suppliais-je.


Alors qu'il allait partir, il se retrouve et vient vers moi. Quelques centimètres nous sépare:
- Je t'écoute, dit-il.

- Hum...je sais que...que je suis trop dans mon travail et que j'oublie parfois mon rang dans cette affaire mais...je vais faire des efforts. Je te le promets. Puis, j'ai pas envie qu'on casse pour ça, ce serait vraiment du gâchis car...hésitais-je.

-...car ? s'inquiète-t-il.

-...car tu comptes beaucoup pour moi, dis-je en rougissant instantanément. Al...alors euh, je ferais des efforts. Je te le promets.


Il sourit légèrement, amusé par ma petite face rouge puis s'approche de moi doucement et m'embrasse. C'est la première fois qu'il m'embrasse au boulot, lui qui est toujours prudent d'habitude. Nos lèvres s'entremêlent puis il me dit:
- Je te fais confiance mais je ne veux pas que tu prennes tout ça trop pour toi, dit-il inquiet en me caressant la joue. T'es pas toute seule Kim, okay ?

- Okay, dis-je.


Nous finissons par ( MALHEUREUSEMENT, snif) nous séparer et avant qu'il tourne, Aaron me dit:
- Au fait Kim...

Je me retourne demande:
- Oui...

Il sourit et me dévisage quelques minutes.
- Je t'aime...

Puis il disparait. A l'énonciation de ces mots, un sourire me vient aux lèvres accompagné d'un petit rire. Lorsque Clara me dit qu'il n'a jamais une file comme il m'aime moi, cela me rapelle une chose: je ne lâcherais jamais Aaron.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site