Chapitre 4 : Un coeur brisé, non par amour...

Un coeur brisé, non par amour

Evey et Keïsha: Allez ouvre!!! Leïla!!! Stp!! Ouvre cette porte!!

Elles sont devant la porte de ma chambre, je n'entends que leurs coups s'abattre sur le bois...mais ne capte pas leur parole. Je n'ai pas envie d'en parler parce qu'il n'y a rien à dire. Je n'ai pas envie de pleurer parce qu'il n'y a rien à regretter, sauf mon père. Peut-être est-ce si dure de reconnaître que parfois, on a tort et qu'ua final, on souffre autant que notre ennemie? "Elle" a eu papa et malcom, mais moi je ne reviendrais pas.

Evey: Ouvre la porte sur le champ!!!!Leïla c'est pas comme ça que tu arrangeras les choses!!!

Keïsha: Evey, doucement.

Evey: Regarde-toi!!! Là tu prouves que tout ce que tu as fait jusqu'ici n'a servi à rien!!! A la moindre chose, tu pleures!!!

Keïsha: Ca suffit, Evey!!

Evey: Que tu veuilles t'isoler d'accord mais ne viens pas me voir après en me disant que tu es forte et que tu ne ressembles pas à ta mère...en fait tu es comme elle!!

Sur ces mots, j'ouvre la porte en rage, et saisit Evey pour la plaquer contre le mur:
Leïla: Tu ne sais pas ce que sait!!! Tu as ta mère, toi et ton père et toute ta famille à qui tu rends visite pendant les fêtes ou autre...


Evey: Je sais Leïla...dit-elle sur un ton compatissant.

Leïla: Non, tu ne sais pas!!! Tu ne sais pas ce que c'est d'être reconnu commeune inconnu aux yeux de sa famille...de son propre père qui n'est même pas foutu reconnaitre ta voix au téléphone!!!

Evey: Leïla...

Elle me prend dans ses bras. Je ne sais pas ce qui m'arrive j'ai l'impression d'être terrassé par une boule qui se nourrit de ma haine ou d'un truc comme ça...Evey savait ce qu'elle faisait. Elle savait qu'en faisant monter mes nerfs, je sortirais et sur le coup je dirais ce que j'ai. Elle avait raison.
Je ne me souviens plus de ce qui s'est passé après. Je me suis endormis sur le canapé. Et quand je me suis réveillé:


- Michael!!

Il m'avait regarder dormir. Il essuie mes larmes.
Michael: J'espère ne pas t'avoir réveiller.

Leïla:Non,mais...quelle heure est-il?

Michael: Il est 18heures 47.

Leila: J'ai dormis tout ce temps!!!

Michael: Et ouais...

Je me redresse pour lui faire de la place sur le canapé. Il s'assoit et me prend dans ses bras.Il m'embrasse sur le front et me chuchote:
Michael: Tu veux qu'on en parle?

J'avais le choix, si je lui racontais tout, il serait officiellement mon "mec" ce qui voudrait dire que je lui fait confiance. Mais est-ce qu'il la mérite?

Leïla: Oui, je veux qu'on en parle.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site