Vers un nouveau chemin

Vers un nouveau chemin...

-music-

- Aaaaaaaaaaah...noooooon....nooon mon Dieu nooon!!!!

Cela fait plusieurs minutes que crie Roxane en voyant la dépouille de son ami, Alexis. Les hommes prennent son corps tandis qu'elle crie de douleur, froissant le lettre dans sa main. Les infirmières essayent de la consoler mais qui ne pleurerait pas pour un amour passé qui se brise à cause d'une balle?!Je vous le demande:Qui?
William, à l'écart de tout ce chahut dort un peu. Son sommeil est paisible et il ne se doute que sous ses yeux apparaîtront une véritable tragédie. Il aime Roxane, mais il aime aussi alexis qui l'a épaulé durant toute cette guerre, c'était son frère: comment l'amour peut-il mettre à mort tant de vie? Roxane pleure toutes les larmes de son corps refusant de lâcher la main du cadavre tandis que les infirmiers amène le corps à l'extérieur. Sa chevelure blonde est désordonné, et ses larmes coulent le long de ses rides de fatigue...Les hommes porte sur un brancard le corps du défunt en passant par les allées, c'est alors que William se réveille et c'est avec stupéfaction et horreur qu'il découvre le corp de son ami inerte, avec 2 trous dans la tempe. William a subitement la tête qui tourne après ce choc émotionnel, Roxane l'ayant remarqué sar^^ete de pleurer afin de le rejoindre. Celui-ci à les larmes aux yeux:
- Il...il...il...articule william sans détacher son regard du cadavre qui sort du bâtiment.
- Oui, William.

Les larmes lui viennent, puis elle le prend dans ses bras afin de le consoler et partager sa peine.

_________

Après 2 jours de deuil, William est remit sur pied et prépare ses bagages. alors que le soleil s'apprête à se lever, Il réveille sa bien-aimée plingé dans un sommeil réparateur. Elle se réveille brusquement:
- Hum...William? Mais que...

- Prépare-toi Roxane, on s'en va...

-Quoi? William, je ne comprend pas. tu es à peine remit sur pied que tu décides de partir...

- La guerre est pratiquement fini et les hommes sont rapatrié dans leur pays. Nous pouvons enfin partir...

Il la tire doucement, la forçant à se lever. Elle essaie tant bien que mal de réunir ses affaires et sa valise sans faire de bruit. Tout est si soudain:
- Je sais que cela te paraît brusque mais le fait est que les allemands sont encore en position, alors nous devons au plus vite monter vers le nord-ouest pour aller jusqu'à Brest où là nous prendrons le bateau pour l'Amérique,explique William, le sourire aux lèvres à l'idée de retrouver son pays natal.
Elle réfléchit un moment et l'embrasse langoureusement:

- Je te suivrais.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site