Par delà les frontières

Par delà les frontières...

Un frisson agréable.

Une douceur p
alpable.

Comme un
doigt qui se balade sur la joue de la jeune fille.

Roxanne ouvre les
yeux peu à peu, et découvre le visage de son bien-aimé souriant. Elle ne sait pas que cette sensation de bienveillance qu'elle a ressentit durant son sommeil:c'est parce qu'il l'a regardait. Il tousse légèrement. Inquiète, elle se relève pour prendre soin de lui:
- Je suis là,maintenant, dit-elle en lui caressant la joue...

- M
ais tu ne m'as jamais quittée,dit-il en lui montrant son ruban usée par le temps mais, malgré la terre et les balles,intacte.

- Oh william,
dit-elle en se serrant contre lui. Je ne veux pas que tu meurs, je serais trop malheureuse, je n'aurais plus de vie...William, accroche-toi.


Il lui
caresse le visage. il est si serein malgl'expression de ses yeux qui sont marqués par cette guerre effroyable. Le médecin,accompagné d'une infirmière les interrompt. Après la consultation du matin, elle le prend à part afin de l'intéroger:
- Bonjour, je suis l'amie de cet homme. J'ai demandé à votre infirmière ce qu'il avait mais elle ne m'a pas donné beaucoup de précisions:pourriez-vous m'éclaircir?

- Bien sû
r, mademoiselle, suivez-moi car il faut que je m'occupe de mes autres patients malgré tout.


Ell
e le suit tandis qu'il passe dans les rangées et lui explique l'éata de William:
- Croyez-moi mademoiselle...votre ami est le plus chanceux du monde quand on voit les autres cas que nous avons là:emputations, éclats d'obus, gueules-cassées...Bref, William a pu être sauvé à tant vu la perte de sang qu'il a subit.

- Ca ne
dit toujours pas ce qui lui est arrivé...s'impatiente la jeune fille.

- Il a r
eçu 3 balles dans le ventre, dont une qui a frolé l'estomac et le bas du poumon. Je vous l'ai dit mademoiselle,c'est un chanceux. Quoiqu'il en soit, je pense que le mieux pour lui serait de rentrer chez lui.

- Oui, je le conçois fort bien.

-Euh, quand je d
is chez lui...je pense aux Etats-Unis, vu qu'il vient de là-bas. Car les choses se tassent et la France sera bientôt libre de l'emprise allemande. Certains américains sont déjà retourné chez eux...Enfin, disons qu'il pourra repartir dans...voyons 3 jours.

- Trois jours?
N'est-ce pas un peu prématuré,docteur...

- Nous a
vons des cas plus extrêmes a traité...De plus, ses cicatrices se referment ce qui est très prometteur, maintenant veuillez m'excuser mais j'ai du pain sur la planche.

- Oui,bi
en sûr. Merci infiniment,remercie-t-elle en lui serrant la main.


Alo
rs qu'elle réfléchit à l'éventuel retour en Louisianne de William, elle sent une main se poser sur son épaule. Elle se retourne et voit Alexis. Elle le prend dans ses bras et celui-ci l'invite à prendre de quoi manger. Après avoir ingurgité un sandwich, elle s'essuie soigneusement la bouche. Alexis, attentif à ses faits et gestes lui demande anxieux:
- Tu n'as pas dormi?

- Peu, très peu,répond-elle brièvement.

- Comm
ent s'est passé ton voyage? Les allemands ne vous ont pas agressé?

- Si, j'ai pris que
lques risques en venant ici: la police allemande a fahï m'attraper mais je suis sorti indemme, pas comme tout le monde,dit-elle sur un ton plus triste.

- P
ourquoi? Y avait-il quelqu'un avec toi?

-
Oui, mon guide à vrai dire: une jeune fille d'à peine 17 ans,Annie....Enfin,dit-elle en essyant ses larmes. William sera bientôt mi-sur pied...

- et il pourra rentrer chez lui,rajoute Alexis.


Roxan
e lui lance un regard de compassion:
- Quoi?dit-il.
- H
um...Lorsque William rentrera en Louisianne,je...je partirais avec lui. La vie en Louisianne est plus facile qu'ici,tu sais et sa famille lui manque.
-
Et toi, dans tout ça?s'obstine-t-il.
- J'a
i bien,réfléchis et quand je pense à ce qui me rattache à la France, je ne vois rien. Il y a quelques mois,tu étais le seul lien qui me forçait à rester mais maintenant il n'y a plus rien. Mon père est mort et ma mère est malade. Là-bas je pourrais récolter assez d'argent pour elle que je lui enverrais.
- Al
ors tu es bien décidé à y aller...dit-il déçu.
-
Oui.

Elle se lève et pose sa main amicalement sur l'épaule d'Alexis,qu'elle quitte pour rejoindre William au pied de son lit...

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×