La routine, c'est comme le rhum: sans le goût amer, il n'y aurait rien...

La routine, c'est comme le rhum: sans le goût amer, il n'y aurait rien...
L'ironie lorsqu'on travaille dans un magazine people et mode, c'est d'être un peu boudiner ou encore d'avoir des moments assez embarrassants. Par exemple :
- Dans l'ascenseur vers 9h45, il est impossible de le prendre sans que vous ne fassiez du 38, et je ne rigole pas ! Une fois, j'ai eu le malheur d'arriver en retard et de prendre l'ascenseur avec les filles du défilé d'automne : mon dieu ! On aurait dit qu'en mangeant un snickers j'avais défié les lois de la gravité !
- Ne jamais, au grand jamais des jamais, proposer une serviette « Nana » pour culotte à ces grandes perches : elles seront offensés qu'on ait pu croire qu'elles ne portaient pas de strings. A croire que je l'avais insulté lorsque je lui en avais tendu une.

Bref, tous ces petits moments du boulot où vous regrettez de ne pas avoir le ventre plat des icônes féminines qui, même après avoir eu des enfants, reste avec un 36 à l'approche de la quarantaine. Comment se fait-il que moi, April, à 24 ans, je ne puisse pas être comme elle, hein ? Un mystère de la vie que je serais curieuse de découvrir. Bon relativisons, je suis mince, quelques bourrelets féminins mais rien de catastrophique mais croyez-moi : ce travail est avant tout une épreuve mentale pour ne pas se laisser influencer par votre entourage et finalement devenir anorexique. Enfin bon, revenons où j'en étais :


- ...Eva Longoria fût l'une des beautés du tapis rouge, défilant fièrement au bras de...
- Couloucoucou ma copiiine ! s'écrie Erin en sautillant.
- Brenda, pas ici...soupirais-je.
- Quoi ?! Tu as peur que toutes ces filles voient comment nous sommes folles ? Crois-moi chérie, elles ne doivent pas s'amuser autant que nous le faisons alors relax, m'explique-t-elle.

Je ris aux éclats et me mets à papoter avec mon amie lorsque Alex entre dans le bureau. Alex. Alex est un mélange d'arrogance, de méchanceté et d'assurance excessive. Il est le stéréotype même du misogyne pur, et – bien qu'il ait un corps de rêves avec ses yeux turquoises mis en valeur par ses mèches rebelles brunes – un photographe hors paire. Pour je ne sais quelle raison, il a refusé le poste d'une célèbre entreprise à son plus grand rival (il aurait dû accepter, ça m'aurait évité de le supporter quantre ans !). Soit dit en passant, je le déteste. Je ne l'aime pas et je ne comprends vraiment pas ce que tout le monde lui trouve ici. Nous nous sommes toujours haïs depuis son arrivé il y a quatre ans et je ne le connais pas du tout, (mise à part les ragots habituels). Tant qu'il n'est pas dans mon champ visuel, je peux dire que mon job et ma journée est merveilleuse...



Ca y est. Elle me pointe du regard. C'est fou ce que je ne l'aime pas cette fille, c'est fou comme je la déteste. Je presse le pas, bousculant les gens paresseux devant moi et me réfugie dans la salle PH1 du bureau, tous droits réservés aux photographes du bâtiment. Jesse est assis, analysant ses quelques clichés de stars qu'il a pris en fraude comme tout paparazzi qui se respecte. Je jette un coup d'œil par la vitre, observant cette brune hargneuse qui a besoin de se faire assisté par toutes les femmes du bureau. Je ferme les stores pour ne plus voir ce spectacle qui m'exaspère : elle et son amie Erin, ricanant sans cesse, incapable de travailler sérieusement. Je me demande bien ce qu'elles font ici et qui a eu l'idée stupide de les embaucher ? Peut-être par pitié ? Ou alors la patronne n'avait pas ses lunettes...Ou pire : elle est aveugle. Ne riez pas ! Je ne vois que ça comme solution.

- Tu n'arrêtes pas de la dévisager et pourtant tu la détestes, soupire Jesse.
- Je ne la dévisage pas, je contemple sa bétise ! M'exaspérais-je.
- Chaque matin, c'est la même chose, ricane mon ami. Tu rentres ici et tu te mets à l'espionner en prétendant que cela t'énerve de regarder sa « stupidité ». Quand iras-tu lui parler, Alex ?
- Quand son QI dépassera – 50, j'aviserais...et encore si elle atteint 1 se serait une insulte pour les singes, ironisais-je.
- Ce que tu es chiant quand tu es méchant, dit Jesse agacé.
- Regardes ! M'exclamais-je. Elle mange une tablette de chocolat ! Mais qui mange une tablette de chocolat au boulot ?
- Alex ! S'exclame Jesse énervé. J'ai un chew-gum, Anne et Michael s'envoient en l'air dans la remise et Miranda rompt avec son petit ami qui travail au sixième étage ! Pourquoi t'acharnes-tu sur April qui mange une simple tablette de chocolat ?!
- Jesse !
- Quoi ?
- Jesse !
- QUOI ENCORE ALEX ?!
- Elle en a renversé sur son pull...

Ajouter un commentaire
 

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site