Je hais t'aimer

Je bois un café dans la cafétaria andis qu'Erin songe sur le fait de changer de job afin d'être une psychologue tyrannique pour les hommes ayant rendu leurs femmes co-culs et rêvant de leur couper leurs petites noisettes qu'ils ne reverraient pas de si tôt...Non, elle n'a pas rompu (ca s'était y a une semaine), non, ce qu'il y a c'est qu'un nouveau chef d'équipe est arrivé: Evan Phoenix. Teint bronzé, yeux marrons clair, cheveux brun-noir, âgé de 26 ans, qui s'amuse à s'acharner sur elle. Disons que c'est le premier homme à tenir tête à Erin et quand un homme réussit à la vanner et à lui porter tête ça donne...


- JE VAIS LE TUER! TU SAIS QUE MON PERE EST BOUCHER APRIL ? TU LE SAIS CA?

- Oui, je sais, soupirais-je. Erin, il doit pas être aussi désagréable que ça...Bon okay, il s'est maré parce que t'avait un bourriquet sur ton string mais...

- JE VAIS LE TUUUUEEEEEEER ! crie-t-elle.

- Y a pas de honte à avoir, après tout, tout le mondà forcément une part de "Winnie l'Ourson" en lui...

-...

- Bon ok, peut-être pas, reconnaissais-je en buvant mon expresso. Ecoute Erin tu devrais peut-être...

- April je le déteste autant que tu aimes Alex! Imagines!

J'écarquille les yeux: soit elle n'est pas au courant de l'évolution de ma relation avec le bel âtre, soit son patron est le fils de Stan et cousin de Marylin Manson. Bon, le mieux c'est que vous le voyez par vous-même...


DEUX HEURES AVANT


- Bonjour, je me présente: Evan Phoenix. J'ai travaillé dans plusieurs entreprises mais avant de continuer, il faut que vous achiez une chose...

L'assistance féminine (sauf Giles: il est gay.) fixent ses lèvres, attendant ce que ce latino va dire. Il poursuit enfin, aprs avoir fait attendre en buvant une gorée d'eau, le sourire en coin :

- De toutes les entreprises que j'ai visité, commence-t-il d'une voix suave, je n'ai jamais vu d'emplyées aussi belles que vous, ici prénsentent.

Un gloussement traverse la salle: elles ricanent, chuchottent et en totale admiration devant le bel étalon: cet homme au teint mat et aux yeux noirs provocants s'attirent tous les regards ravageurs de ces dames. Soudain, Erin défonce la porte, son sandwich à la main et un paquet ous le bras. Toutes les femmes, ainsi que le beau Evan, la fixent hargneusement. Cette fille, portant un baggy sur le point de tomber, habillé d'un débardeur autrefois avec ces cheuveux en bataille derrière son bandeau couleur reggae qui retenait les épis de devant, n'était pas très apprécier par ses collègues qui ne cessaient de s'interroger sur le fait qu'Erin puisse avoir un talent redoutable en matière de mode (bien que ça ne se reflète pas sur elle). Leurs questions sont légitimes mais ce qui est indégnable est bien le don d'Erin qui avait son propre public dans celui de la mode: son entrée en robe noire à tutu blanc habillé d'une veste de cuir marron lors d'un Gala avait lancé plusieurs grand couturier sur son look. Bref, Erin était une fille unique....mais comme le dbut des grands artistes, leurs folies ne sont pas toujours très apprécier.

- Hum...bonjour! dit-elle en souriant niaisement. Désolé du retard, vous pouvez continuer, faites pas attention à moi.;.oh! si ca sent le jambon et l'ail, c'est mon sandwich...

-....Bien, continue Evan sans relever la présence de celle-ci, je disais donc que je compte travailler sur différent plans car ayant visiter pratiquement tous les pays du monde, je pense que cela pourrait nous être favorable et...euh excusez-moi ?

Erin, relève la tête tandis que la foule se retourne vers le fond pour voir la pertubatrice. Erin était plongé dans son sandwich en regardant sur son mp4 quelques épisodes d'HappyTreeFriends. Alors qu'elle riait en regardait Lumpy se faire massacrer, elle se rend compte qu'on la fixe. Evan demande sèchement:

- Je vous dérange pas ?

- Si, répond Erin naturellement en croquant de nouveau dans son odeur d'ail et jambon, mais c'est pas grave, c'est pourquoi?

Les femmes de l'assistance sont choqués par l'esprit direct de la jeune fille. Evan ne montre aucun signe de surprise et fait un sourire en coin l'air de dire "j'en ai matté des pires que toi". Erin avale sa bouchée, tandis que son interlocuteur répond:

- Je ne sais pas si tous les jours vous vous comportez comme ça mais à vous voir, l'inquiétude de la première impression ne vous préoccupe pas.

- Non en effet, ironise Erin. Je vois pas pourquoi je changerais ce que je suis pour une journée, la vie est trop courte pour que je perde mon temps à me repoudrez le nez ou ajustez mon rouge à lèvres. Autre chose ?

- Vous n'êtes pas gênée...vous, dit-il avec dédain.

- Bah...le prenez pas mal hein, mais pour l'instant je voudrais savoir comment Lumpy va finir par écraser l'écureuil vert donc votre discours, pour être poli, m'import...euh comment on dis déjà ? Enfin bref, je mù'en foue un peu du moment que je connais votre préonom. Bienvenue Evan !

Sur ces mots, elle jette derrière elle l'emballage de son sandwich, range son mp4, et repard sous le bras avec son paquet. Jusque là rien de grave (si ce n'est qu'Evan a pu voir qui était la fille si talentueuse et surtout sa personnalité). Ce n'est que le lendemain qu'Erin arrive dans son bureau. Soudain, on entend:

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH! Bordel de merde! Qui a supprimer ma rubrique dans le numéro de ce mois ci ?!!! Qui a osé?PATRONNE ! EVAN ! QUI ?

Elle se précipite dans le bureau de Véra qui était au téléphone et sent déjà le côté de fourbe de la chose; Evan lui aussi est présent dans la pièce, lisant SA rubrique du mois. Quand il voit Erin il lui lance un regard de mépris et se replonge dans son magazine.

- Vér...Patronne je veux dire: qu'est-ce que ça signifie ! Où est ma rubrique et mes articles ?! Ou sont ils? !

- J'ai décidé de mettre les articles d'Evan qui sont de qualité car ils seraient intéressant de voir comment nos lecteurs trouvent notre nouvel arrivant. De plus, j'ai appris que tu n'avais pas acceuilli notre collègue comme il se doit...

- Hein ? Echappe Erin. Si vous parlez du sandwich que j'ai mangéjuste sous ses yeux je vois pas en quoi je l'ai mal acceuilli et vous me connaissez trè bien et savez que je déteste qu'on remette en question ma personnalité.

- Effectivement...

- Ah merci patronne j'ai cru que vous...

- Néanmoins Erin, continue-t-elle avec une voix de dragon, je vous rappelle que Evan a plus d'expérience que vous en ayant le même âge et qu'il est maintenan votre supérieur. Vous lui devez autant de respect que vous m'en devez. Donc, à l'avenir, s'il s'avère que votre comportement ne s'est pas améliorer je serais obligé de faire recours à des méthodes comme celle d'aujourd'hui soit la suppression partielle ou totale de votre rubique. Me suis-je bien fait comprendre ?

-...

- Erin ? Insiste la patronne.

Erin fixe d'un regard méprisant Evan qui se réjouit de la scène en buvant un café puis bredouille:

-Mmmh...

- Bien, vous pouvez dispos...

- ele n'a pas dit oui, remarque Evan.

La patronne se retourne vers Erin et attend. Erin, serrant les poings, la gorgé nouée, dit d'une voix basse:

- Oui !

Puis elle sort de la salle. Humiliation suprême: se faire battre sur son propre terrain, Erin ne l'accepte pas. Pour elle, c'est clair: c'est la guerre.


DEUX HEURES PLUS TARD



- Tu te rends compte, déprime mon amie, l'humiliation que j'ai subi et lui souriait. Je le hais April ! Je le hais au point que je le pousserais du 30eme étage...

- Je vais lui parler, déclarais-je sur un ton déterminé.

- Tu vas quoi ? A qui ? S'étonne Erin.

- Je vais parler à ce fameux Evan et tenter de voir ce que je peux faire Erin, répétais-je; Ca ne peut pas lui faire de mal, non ?

- Si tu le dis....


_____________________________________________

Je hais t'aimer...music

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site