Cure de jus d'orange

Cure de jus d'orange

- Aïe ! criais-je. Mon pied !

- Tu t'es fait
mal ma puce ?

- Non,
ça va, je me suis cogner le pied dans ce putain de carton, mon chéri ^^ "...

Satané carton ! Oups, désolé...oui, je parle à un carton et alors ? :P Ah lala, désolé pour le bordel qu'il y a mais bon, je pouvais pas tout laisser chez moi, mise à part mon lit et quelques meubles, j'ai dû tout emmener. C'est lourd ! Très lourd ! Mais il n'y a pas de doute, personne ne pourra gacher cette journée a marqué d'une pierre rouge comme "Amour" ! Pourquoi ? Eh bien...


___
______

Flash Back



-
April, veux-tu emmenager avec moi ?

J'écarquille les yeux et bégaye:



- Moi...em...emménager avec toi ?

- Oui
, dit-il toujours en souriant. Enfin si tu n'en as pas envie, je comprendr...

- OUI ! C
riais-je. Oh oui ! OUI, je veux, je veux, je veux, je veux, je veux, je veux, je veux, je veux, je veux je veux....Ah ! Oui, tout de suite ! Maintenant ! Quand ? J'sais pas...OUI !


Eu
h...dois-je préciser que j'étais hystérique ? Je commence à sauter sur le canapé tandis qu'il rit aux élcats en me voyant dans un tel état.


- Bon,
il faut que je prévienne le proprio, et que je fasse les cartonset que...oh il y a tellement de trucs à faire, et puis il y a le lit ! Le dure et tout pourri que j'ai, j'aurais enfin une excuse pour le jeter !M'écriais-je. Oh lala, bon je me calme...mais ca te dérange pas que j'emménage chez toi ?

- Bah non,
sinon, je te l'aurais pas demandé banane ! Rit-il aux éclats. On fait ça Samedi, si tu veux ?

- DEUX JOURS !
Oh, ça va être long...soupirais-je.

- Tu co
mptes tout de même pas le faire ce soir ? Oo

- Non, dis-
je en plaisantant. Samedi, c'est parfait...par contre, j'espère ne pas trop vidé ton frigo car, disons que ces temps-ci, j'ai une de ses envies de jus d'orange. J'en bois deux litres et à côté de ça, j'ai quelques nausées --". Quand je te dis que les maladies ne me lâchent jamais...'fin bref. Bah quoi ?


Alex me
dévisage un moment perplexe, puis secoue la tête. Il se lève et me prend dans ses bras où je me blottis doucement.
_
___________


Et
voilà comment aujourd'hui, je porte ces cartons chez lui. On a presque fini de tout ranger. J'arrive pas à réaliser que j'emménage chez lui. Ca va être géniale! Enfin, quand je serais plus malade car je ne sais pas, mais cette maladie n,e me quitte pas d'une semelle. Je m'asseois quelques minutes: j'ai des vertiges. Alex vient vers moi et me donne un verre d'eau tout en m'embrassant sur le front.


-
Tu comptes aller chez le médecin ?Demande-t-il soucieux.

- Oh, c'es
t rien, certainement un petit virus, soupirais-je de fatigue. Mais j'avoue que c'est la première fois que je me sens aussi... bizarre.

- Eh bien, heureus
ement que je t'ai pris un rendez-vous chez un médecin dans une heure, dit-il l'air malicieux.

- Tu as quoi ?! M
'étonnais-je.

- Tu as
bien entendu April, tu as rendez-vous chez le médecin dans une heure, donc prépares-toi...à moins que tu préfères rester en salopette pleine de poussière dans la salle d'attente, me charie-t-il.

Je marmonne et finit par lui tirer la langue. Je n'aime pas les docteurs, je déteste ça ! Ca vous touche partout et regarde même votre intérieur: ce sont des tripoteurs professionels ! Enfin bon, je n'ai pas eu le choix.
Après
avoir attendu plusieurs minutes dans la salle d'attente, une femme me reçoit et me demande de m'asseoir pour m'examiner. Elle est plutôt jolie pour une médecineuse...(quoi, j'ai dit quelque chose de drôle ?).


- Alors vous
m'avez dit: nausée, vertige, mal de tête et grosse fatigue ?

- Aoui, dis-je ta
ndis qu'elle me met un baton dans la bouche. 'est 'rave 'octeur ?

- Eh bien ça d
épend, dit-elle en m'enlevant (ENFIN) ce truc de ma bouche. Mademoiselle Campbell, quand avez-vous eu vos règles pour la dernière fois ?

- E
uh...ca doit faire un bon moment, dis-je en rélféchissant. Peut-être plusieurs semaines...pourquoi ?

- Eh bien, je suis
étonnée que l'idée ne vous ai pas traversé l'esprit mais, vous êtes enceinte mademoiselle, dit-elle fièrement. Félicitations.

- QUOI
?! M'écriais-je. C'est une plaisanterie ? Je ne peux pas être enceinte ? Je veux dire, regarder moi ? Je ne peux pas être mère maintenant ?

- Eh b
ien, pourtant vous le nourrissez bien depuis un mois et plus...^^

- UN MOIS ?!
Oh mon Dieu, dis-je en me rasseyant pour ne pas tomber dans les pommes. Et...et...c'est...enfin...vous en êtes sûr ?

- O
ui, dit-elle en me reconfortant, mais vous pouvez très bien avorter mademoiselle, étant donné qu'il n'a qu'un mois.

- A
h non, hors de question ! Je le garde ! M'écriais-je. C'est mon enfant, mais...je ne sais pas comment l'annoncer au père. Nous venons d'emménager ensemble depuis très peu de temps et...un bébé n'était pas à l'ordre du jour. Et puis...je ne sais pas si je serais une bonne mère.

Elle sourit puis me dit:


- April, vous a
vez 24 ans, bientôt 25, vous êtes déjà sans le savoir, attaché à cet enfant, vous l'avez senti. Je n'ai fait que confirmer vos hypotèses qui raudaient au fond de vous. Maintenant c'est à vous, de vous en occuper...Si vous voulez, je pourrais vous suivre durnt votre grossesse et vous vonnez l'adresser d'une collègue gynécologue.

- Merci, dis-
je un peu perdue.

Nous nous quittons et je reprends le chemin de ma maison.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site