Quai n°5

Quai 5

Une femme court à toute hâte, répétant inlassablement "quai n°5, quai n°5", bouscoulant les gens sans s'excuser comme si sa vie en dépendait, comme si son coeur avait besoin d'oxigène...
Elle court sans s'arrêter puis lève la tête vers un panneau: Quai 5. Elle ralentis et regarde à travers les fenêtres comme si elle cherchait quelqu'un. Le wagon commença à rouler et la force à courrir...quand elle le vit.
- Evan ! Evan !
Le jeune homme de l'autre côté de la vitre n'entend rien. Elle continue de courrir tout en criant, les larmes coulant sur ses joues.
- EVAAAAAAAAAAAAAAAAAN !


- Erin, est-ce que ça va ?

Je relève la tête, les joues mou
illées, les yeux rouges et légèrement bouffis tout en regardant autour de moi. J'ai dû encore m'endormir sur mon bureau. Alex me dévisage, l'air inquiet:
- Tu es sûr que ça va aller ?

- Hum...oui...oui
, ce n'est rien, dis-je en saisissant un mouchoir pour essuyer mes larmes.

- Si tu veux, je
peux apporter ces documents à April moi-même...

- Non, ca
va je te dis, dis-je en affichant un léger sourire. J'ai dû juste m'endormir quelques secondes et...De toute façon j'avais envie de voir ma meilleure amie alors ne prends pas cette peine.

- Bon ok, dit-il en haussant les épaules. Alors
à plus tard...

_________________

Je ne sais pas ce qui m'
arrive ces jours-ci mais je n'arrête pas de refaire ce même rêve. Pareil lorsque je suis près d'un autre homme. Je me sens vraiment mal, cette fatigue, cette mauvaise humeur, cette déprime...
Je frappe à la
porte, une sac en bandoulière, dans mon baggy bleu sr le point de tomber et un pull noir à côl roulé avec un béret noir venant d'Italie. Je ne veux pas oublié qui je suis, mais je veux rester la même mais évoluer malgré tout. La porte s'ouvre alors que je me noie dans mes pensées incompréhensibles:
- Erin ! S'écrit April en me voyant.

Nous nous sautons dessus et nous nous elnaçon
s fortement. Elle me fait entrer dans son nouvel appartement. Ca me donne le sourire de la voir avec ce ventre de quelques mois déjà, habillé d'un petit sweet bleu moulant son ventre rond. Nous nous asseyons sur le canapé où nous parlons de tout et de rien: comment ca se passe au bureau, les ragots, les blagues, les fêtes qui arriveront bientôt...
- Alors dis-moi ! Dis-je. Garçon ou fille ?

- Je
le saurais certainement bientôt mais je suis assez sonné comme ça avec ce que je viens d'apprendre...

- Quoi donc , M'inquietais-j
e. Il y a un problème avec le bébé ?

- Non, rit-elle, tout va
bien. C'est juste qu'à l'accouchement, tu penseras voir double...

J
'écarquille les yeux avec un sourire et lui demande:
- Attends...t'as des jumeaux ?

- Ou jumelle, répond-ell
e en riant toujours.

- Wouah ma puce ! C'est géniale ! M'exclamais-je. Je suis vraiment heureuse pour toi...Eh ben ! Si je m'attendais à faire une double marraine, haha...Je plaisante. Et Alex ?

- Il est pas encore a
u courant, répond-elle malicieusement. Enfin bon, je me prépare à rencontrer son frère et ensuite j'irais voir ses parents. Je suis légèrement stresser à ce sujet mais ça va...

- Je suis vraiment
heureuse pour toi April, dis-je. De te voir si épanouie ! C'est à s'en rendre jaloux, dis donc...

- Mais non, dis-je
. Tout le monde peut vivre ça, mais je dois reconnaître que je n'ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie. Mes parents ont bien réagit à la nouvelle. Vu qu'ils avaient déjà rencontrés Alex durant un pique-nique, ils le connaissent et l'apprécient. J'ai une vie superbe hors mis les soucis de tous les jours mais...je n'échangerais ça contre rien au monde ! Enfin, assez parler de moi... De ton côté ?

- Oh, soupirais-je. Rien de spéciale...

- Tu ne lui as pas dit h
ein ? Me demande-t-elle en levant un sourcil.

Je m'arrête un m
oment et le regarde. Elle arrive à deviner mes pensées et poursuit:
- Tu devrais lui en parler Erin. Tu vas encore laisser passer ta chance et cette fois-ci, tu ne pourras pasrattraper ce wagon...

-
Et je ne l'ai toujours pas rattraper, dis-je les larmes aux yeux. Chaque fois que j'en rêve, j'ai toujours cette horrible sensation de le perdre et...et...

Je fonds en sanglots devant ma meilleur
e amie qui passe son bras autour de mes épaules. J'essaie d'arrêter de pleurer mais je n'y arrive pas. Je n'y arrive pas...

______
_____

Alors que je rentre chez moi, à fleur de peau, je vois à l'entrée, dans le voile de la nu
it, Evan. Je m'avance timidement et lui demande:
- Euh salut, qu'est-ce que tu...

- Pou
rquoi tu fais ça ? Demande-t-il sur un ton autoritaire.

A
peine suis-je arrivé que celui-ci m'agresse. N'ayant pas la force de m'énerver, je lui demande:
- De quoi est-ce que tu parles ?

Il souffle un mom
ent et me regarde dans les yeux tout en s'approchant de moi. Mes joues ont dû virer au rouge à une vitesse phénoménale, ce soir là. Il explique:
- Faire comme si de rien était, pourquoi tu fais ça ?

- Bah
...euh...je ne sais pas, je croyais que ça serait plus facile pour...

- Erin, arrêtes !
S'écrie-t-il. Tu n'es plus la même, tu as littéralement changer. Quand tu viens me parler, j'ai l'impression de parler à une autre personne. Où est-celle qui était prête à m'écraser pour un article en première page ? Celle qui me faisait rire et était adorable chaque soir ? Tu n'es plus la même Erin...

Un silence s'inst
alle. Il commenceà descendre les marches du palier lorsque je commence à marmoner:
- Est-ce que...est-ce que tu te souviens de la soirée que nous avions passer l'année dernière et que tu m'avais amené à la gare, sur le quai 5 parce que tu aimais voir les trains s'en aller au loin à l'horizon ? Est-ce que tu t'en souviens ?

Le jeune homme s'arrête et
se retourne vers moi avec un regard troublé. Il répond à voix basse:
- oui, je m'en souviens, dit-il tout en baissant la tête. C'est le plus beau souvenir que je garde entre nous.

Je me r
etourne face à lui et descends les marches à mon tour, les larmes aux yeux. Il faut que je lui dise, que ça me brûle les lèvres, que je ne peux plus dormir, qu'il n'a pas le droit de m'oublier:
- La veille des vacances, tu m'as dit aurevoir et tu es parti prendre ton train. Mais tu n'as jamais su...

Je m'arrêt
e un moment et essuie mes larmes. Je jette mon béret à ses pieds, détache mes cheveux pour les laisser le long de mes épaules et enlève le rouge sur mes lèvres d'un geste simple.
- Mais tu n'as jamais su que j'avais essayé de te rattraper.

Evan n'en revient pas
et écarquille les yeux.

- Tu n'as jamais su que ce jour-là j'avais couru jusqu'à la gare pour te rattraper. J'avais courru de toute mes forces, je te le jure ! Mais...mais quand je suis arrivé au quai, ton train s'éloignait. J'avais rater ma chance. Je m'en suis tellement voulu, dis-je en pleurant. Je suis rester assise epndant deux heures sur ce quai, essayant d'imaginer ce quise serait passer si je t'avais rattraper: peut -être qu'on aurait passer les vacances ensemble, qu'on aurait même passer autre chose que les vacances ensemble. Et...et plus je m'iaginais tout ça, plus je me disais que tu devais me détester maintenant, que je devrais changer et te montrer que j'tais gentille comme toutes ses filles douces et moins garçons manqués que moi. Mais je continue...tout le temps, sans cesse, ce qui aurait pu se passer, j'étais monter dans ce train, si j'avais bousculé les passagers, si j'avais été devant toi qui était assis sur ton siège, si j'avais pu te dire...

Mes larmes coulent en
core et encore. J'ai le coeur qui bat très vite comme une bombe à retardement. J'inspire un grand coup et le fixe dans les yeux:
- J'essayais de m'imaginer ce qui se serait passer si j'avais pu te dire...je t'aime.

Evan reste bouche
bée: cette fille aux cheveux désordonnées, dans ce baggy d'autrefois, le rouge étale autour de sa bouche, les traces de mascara étalées sur ses joues...Il avait cette impression d'avoir déjà vu cette fille, celle qu'il avait aimé tellement avant.
Je ramasse mon bé
ret et le jette dans la poubele qui se trouve à côté de lui, puis monte les escaliers, ouvre la porte de chez moi et soupire:
- Je t'aime.

Puis je
referme la porte derrière moi.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site