Pigeon rebellion

Pigeon rebellion

- Je te déteste ! T'es vraiment qu'un pauvre type...Va te faire foutre !



A l'autre bout de la classe, une rousse s'énerve devant Daniel Harris. Elle ne semble pas voir qu'il reste indifférent à ses insultes, tandis qu'il regarde dans le vide. Elle frappe sur sa table pour qu'il finisse par la regarder. Kelly et moi suivons de loin, la dispute qui éclate dans la salle du cours d'histoire d'art en attendant que le professeur arrive.
- Qu'est-ce qu'il lui a fait pour qu'elle se mette dans un état pareil ? Demandé-je en mangeant un muffin au chocolat.

- Oh, il l'a trompé, comme d'habitude quoi ! Dit-elle sur un ton de routine. Daniel Harris est le plus cruel en matière de rupture. Il ne parle presque pas mais quand il le fait, il réussit en deux mots à briser le coeur d'une jeune fille. Parmi l'une de ses ex, une a tenté de se suicider, et lorsqu'elle l'a dit à Daniel...il a éclaté de rire.

- Quel salop ! Soupiré-je.

Soudain j'aperçois les lèvres du jeune homme bouger. Cela suffit à faire terre cette machine enrayée qui piallait depuis tout à l'heure. La rousse fait un pas en arrière, et court hors de la salle en sanglotant. Mon regard revient sur Daniel quand je découvre qu'il me dévisage avec un sourire en coin. Je me retourne immédiatement, et commence à ouvrir mes cahiers pour cacher mes joues rouges. Kelly qui n'a rien remarquer, et ajoute:
- De toute façon, c'est toujours pareil avec Daniel, mais les filles ne voient que le physique et oublient vite l'ignoble et monstrueux jeune homme sans coeur qu'il est...

- C'est de toi ? Demandé-je en plaisantant.

- Non, je l'ai lu dans un livre...

Et nous éclatons de rire.

*



- Foutu casier ! Pourquoi tu ne t'ouvres...pas !


Soudain la porte s'ouvre, faisant apparaitre un odeur pestilencielle. Je me bouche le nez et réalise l'horreur qui se trouve en face de moi: un pigeon mort, ouvert du cou jusqu'au ventre, les yeux globuleux et flasque laisse couler son sang sur mes livres de cours. Je me retiens de crier. Les autres élèves viennent s'aglutiner autour de moi, histoire de voir ce qui se passe, et ne tardent pas à rire. Je me retourne et vois les quatre garçons en train de rire, l'air triomphant. Tous, sauf Yann qui regarde ailleurs comme si de rien était. J'ai les larmes aux yeux. C'est alors qu'un pétard mit à l'intérieur de l'animal explose, projetant les restes de l'animal sur moi. Je laisse échapper un cri. Kelly arrive à cet instant et voit dans quel état je suis. Je saisis mes affaires et cours me réfugier dans ma chambre, en pleurs.

Andy rit et jouit de sa victoire: la petite pouilleuse que j'étais, avait eu le sort qu'elle méritait. Mais ce n'était que le début...

*


Andy et les garçons mangent à une table, trônant au milieu du réfectoire. Ashton rit de l'évènement de ce matin pendant que Yann dessine sur son carnet, juste à côté de Daniel qui fait de l'oeil à une jeune blonde, sa future victime. Alors qu'Andy se vante de son impressionant exploit, un bruit le surprend derrière lui. Toute la salle se tait de nouveau. Plus aucun bruit de couverts contre les assiettes, plus aucuns bavardages, plus aucuns rires...juste une chose qui puisse faire relever la tête de Yann, et attirer l'attention de Daniel. Cette chose que tout le monde regarde, c'est moi. Précisément moi, en train de m'installer à côté d'Andy, tout en commençant à déguster mon repas. Je le regarde insouciemment comme si l'évènement de ce matin n'avait pas eu lieu. Ashton ne perd pas de temps:
- Dégages de là...

- Non, dis-je nettoyant mon assiette à l'aide d'un bout de pain.

- Qu'est-ce que tu veux la pouilleuse ? S'énerve Andy.Ca t'as pas suffit ce matin ?

Je pose mes couverts et le regarde dans les yeux.
- Andy Sacks...c'est vrai, j'avoue...

- Quoi ? Dit-il troublé.

- Le coup de ce matin, repris-je. Fallait y penser, alors bravo ! Mais tu me sous-estimes un peu trop...Car vois-tu, je sais ce que tu veux: me faire virer de cette école. Ca, ça serait un truc dément. Tu te pavannes dans le lycée avec tes copains en croyant que tout t'est acquis mais tu te trompes.

- Ah oui ? Vraiment ? Dit-il avec mépris.

- Oui, en fait...vous êtes tous pareils,dis-je. Daniel, toi tu te nourris de la souffrance des filles sans aucune pudeur. Ca te plait, ca te divertit car cette vie te lasse...les voir pleurer t'amuse et fait passer le temps. Toi Ashton, tu aimes avoir un public mais sans lui, tu n'es rien. Tu t'inventes un personnage qui divertit les gens pour être aimer de tout le monde, mais ce n'est pas toi.[ Andy, tu m'insupportes donc tu ne mérites pas que je te détaille] et Yann...J'avoue ne pas avoir encore trouver qui tu es vraiment. Enfin bref...


Je joins mes cheveux en un chignon que je soutiens à l'aide d'un crayon, puis me lève en prenant mon sac. Les quatre jeunes hommes restent bouche bée. Je commence à partir mais avant:

- Au fait, Andy...j'ai laissé mon plateau. Penses à le débarrasser surtout...

Puis je sors du réfectoire sous les yeux ébahis de la foule.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×