Noël en coeur...

Noël en coeur...

- Lee...Lee, habilles-toi, tu feras ça plus tard, s'entête Jeane.



- Attends ! Dis-je en terminant d'emballer le cadeau de Yann.

J'espère que ça va lui plaire...Dans une heure, la fête commencera dans le réfectoire avec les élèves qui sont restés dans l'établissement. Tout le monde va se mettre sur son 31 ! Ca me rapelle le jour de l'exposition. D'ailleurs, il faudrait que je recontacte l'homme qui a été intéressé par mon tableau. Cette fois-ci, c'est moi qui me suis préparée seule, (sous la supervision de Jeane). J'ai pris finalement goût au fait de se pomponer, mais juste pour les grandes occasions hein ! Je tiens à rester moi-même... J'espère que les garçons ne vont pas trop tarder car depuis qu'Andy nous a présenté Angie, le quatuor semble être assez dispersés, presque tendus. Je pose le dernier scotch sur un plis puis me précipite devant ma glace. Jeane enfile ses escarpins, assise sur le lit.

- Dis Jeane, tu crois que ça lui plaira ? Demandais-je. Parce que c'est tellement simple mais ça répond à ce qu'il aime. Peut-être est-ce un cadeau trop banale...

- J'en sais rien, rumine-t-elle. Lee, il faut que...

- Tu sais, c'est la première que je sors avec un garçon, avouais-je devant ma glace. Enfin, y eu Greg en CP mais disons que c'est d'un autre ordre. Yann est vraiment quelqu'un de...spéciale pour moi. Tu comprends ce que je veux dire ?

- Lee, dit-elle en se levant dans sa belle robe de soirée, il faut que je te dise quelque chose.

- Bien sûr, dis-je en posant mon rouge à lèvres pour me tourner vers elle. Je t'écoute...


*




- Ashton, soit patient avec Andy, soupire Yann.

Les deux jeunes hommessont dans le couloir, attendant comme tous les autres élèves que la soirée commence. Plusieurs jeunes filles dévorent des yeux le jeune homme aux yeux gris, habillé d'un beau costume Hugo Boss, et cet air impassible qui le rendait ( IRRESISTIBLEMENT) mystérieux. Sans compter qu' Ashton séduit la foule de jeunes femmes qui l'observe, sa mine renfrogné après la dispute de tout à l'heure. Ses boucles châtains, descendant le long de son visage mettent en valeur ses yeux bleus turquoises. Comment y résister ?
- Tu sais très bien que je ne voulais pas être cruel avec lui, Yann, avoue-t-il. Andy est mon meilleur ami. Comme Daniel et toi...Mais tu te souviens de l'état de notre bande après qu'angie soit parti en Europe. Daniel et Andy s'adressaient à peine la parole et s'ils le faisaient, ils se battaient. Combien de points de souture ont-ils eu à l'arcade ou à la lèvre ?

- Crois-moi Ashton, répond Yann un sourire en coin. La présence d'Angie rappelera certainement des souvenirs douloureux mais ne sèmera pas le trouble encore une fois. Daniel et Andy savent très bien ce que tout ça signifie.

- Espèrons que tu ais raison, réfléchis son ami. Ca te réussi pas d'être avec Lee...Tu deviens trop sage à mon goût, c'est horripilant.

Les deux jeunes hommes éclatent de rires ensembles, laissant leurs problèmes loin de Noël.

*



- Jeane...je...je ne sais pas quoi dire, bredouillais-je.

Elle tourne la tête, regardant dans le vide pour ne pas pleurer. Je m'approche d'elle et continue:

- Je suis flattée...sincèrement. Mais j'aime Yann, et tu es ma meilleure amie Jeane. Je te jure que ta déclaration de ce soir ne changera rien entre nous. Je t'aime beaucoup tu sais, mais pas comme ça...

- Tu l'aimes vraiment, pas vrai ? Demande-t-elle en essuyant ses larmes qui menacent de couler.

- Oui...dis-je avec un sourire léger, tout en posant ma main sur son épaule.

- Tu sais, explique-t-elle. J'ai toujours aimé les garçons, jusqu'à aujourd'hui. J'ai eu du mal à l'accepter mais...je ne sais pas.

Je la prends dans mes bras tandis qu'elle me sert contre elle aussi fort qu'elle le peut, car elle sait qu'elle n'aura pas plus. Après ça, nous avons fait comme si de rien était et sommes descendues rejoindre les autres.




La salle est remplie, circulant autour du sapin situé au mileu de la salle. Certains dansent sur la piste, faisant valser la robe de leurs partaires, d'autres s'asseoint à une table pour partager un moment intime avec l'autre, d'autres encore dégustent les déclies du buffet, ainsi que la fameuse bûche.La bonne humeur veille sur l'assemblée toute entière. Je tiens mon cadeau dans mes mains, avançant hésitante vers Yann qui regarde autour de lui, me cherchant à travers cette foule. A quelques centimètres de lui, je lui dis:

- Coucou...

Il se tourne vers moi et me sourit, me prenant l'une de mes mains pour que je puisse m'approcher de lui. Il est magnfique dans son costume...Oh non !
- Tu rougies encore, dit-il un sourie en coin.

- Je ne peux pas m'en empêcher, riais-je. Tu es très élégant.

- Merci mais à côté de toi, on ne me verrait pas, dit-il. J'ai eu peur que tu ne viennes pas...

- Je voulais pas rater la bûche ! Le taquinais-je. Non, je plaisante. Oh...j'allais oublié, tiens.

Je lui offre mon cadeau, fraichement emballé, le tout tapissé de scotch. Il commence à déchirer un morceau. Je commence à stresser et lui dis:
- Attends !

- Quoi ? Demande-t-il étonné.

- Hum...euh...je sais pas si ça va te plaire, avouais-je embarrassée. Et puis si jamais t'aimes pas, tu me le dis, sois franc, hein !

- D'accord...dit-il un peu perplexe.

Il défait un autre plis du paquet. Encore inquiète, je me mords les lettres puis brusquement, le tire par la manche en lui disant:
- Pas ici...





Je referme les portes à clé de la bibliothèque déserte. Yann continue de rire, amusé par mon stress. Il regarde les grandes étagères touchant le plafond qui sont silencieuses. Je viens vers lui, ôtant mes escarpins car ils me font mals et le tire pour que l'on s'isole entre deux rangées. Arrivés enfin à l'endroit qui me semble le plus coupé du monde, il me dit en riant:

- Je peux l'ouvrir maintenant ?

- Euh oui...NON ! Enfin, vas-y...

- Lee, quelque soit ton cadeau, je ne serais pas déçu, dit-il en caressant mon visage.

- Haa...soupirais-je, très bien. Vas-y.

Il enlève enfin le papier cadeau qui vient s'échouer à ses pieds et découvre une petite boîte en bois vernis ornée de gravures où apparaissent des fleurs de lys. Je marmonne:
- Hum...Elle date du 16eme siècle, c'est le genre d'objet qu'il y avait en France à cette époque. Vas-y ouvre...

Il lève le couvercle de la boîte délicatement, puis y enlève un petit carnet avec un chien en porcelaine. Je rougies légèrement lorsqu'il ouvre enfin le livre. Un sourire lui vient aux lèvres en voyant le contenu:
- Euh...j'ai...j'ai mis dans le carnet les photos qu'on a prise pendant le voyage, avec les nomes des chansons que l'on écoutait parfois et...euh, quelques dessins. Le chien en porcelaine, c'est...parce que... le chien de la propriétaire que j'allais voir fréquemment. Je trouvais ça mignon. Enfin, euh, voilà quoi.

Il ne dit as unmot et regarde avec satisfaction et attendrissement les pages. J'attends qu'ils finissent de feuilleter, lorsqu'ils tombent sur LA PAGE:
" Cher ...euh , Yann...


Je ne te l'ai jamais dit mais je l'ai toujours pensé. Mes lèvres se sont glacés pour que mon coeur ne te le crie pas lors de sa voyage où j'attendais impatiemment le grincement de la porte du bureau, signifiant que tu étais réveillé. Je ne te l'ai jamais dit et tu me l'as toujours demander. Inventé quelqu'un pour te rendre jaloux n'étaitpas mon but mais juste de t'avouer les sentiments que j'éprouvais à ton égard de façon indirect.

Je ne te l'ai jamais dit jusqu'à ce soir où mes lèvres de sont adoucies grâce à tes baisers pour te dire...

Je t'aime.

Ta petite prolétaire, Lee."



Un silence s'installe. Il reste bouche bée, versant une petite larme, toujours avec le même sourire. Je chuchote:

- A...alors, ça te plaît ?

Il referme le livret soigneusement le repose dans la boîte et pose sur l'étagère puis s'avance vers moi. Il met ses mains autour de mon visage et m'embrasse langoureusement. Ses lèvres sont douces, m'embrassant à chaque minute plus passionément. Je mets mes bras autour de son cou, le serrant contre moi aussi fort que je le peux. Il met ses mains ensuite autour de mes hanches tout en me plaquant contre l'étagère. Nous prions pour que personne n'interrompe ce moment. Il glisse sa main en haut de la bretelle de ma robe, qu'il fait glisser avec celle de mon soutien gorge par la même occasion. Je déboutonne peu à peu sa chemise, sans cesser une minute de l'embrasser. Peu importe l'endroit, peu importe le moment, j'en avais envie. Terriblement envie...


*



Le jour de Noël: un jour de neige où tous les sentiments s'emplissent de joie. Où les coeurs n'ont plus peur et laissent l'amour allé à ses débuts...
- Tu veux danser Jeane ?

- Avec plaisir Daniel...


Où deux âmes s'unissent pour montrer la vérité de leur amour, dans des endroits secrets isolé du monde. Un carnet ouvert, laissant l'histoire reprendre son cours...

- Je t'aime Lee, dit-il en m'embrassant dans le cou.

- Je t'aime Yann...


Un parfum de sentiments enfouis s'envole, outre le fait qu'il puisse rapprocher des gens, il est capable aussi de...
- Pourquoi tu ne me l'as jamais dit ? Demande Angie.

- Parce que...j'ai toujours cru que ça ne serait pas possible étant donner que tu allais partir en France, explique-t-il le regard dans le vide.

- Embrasse-moi maintenant Andy...

- ...Quoi ?

- Embrasse-moi maintenant, ou alors oublie-moi...





Oui.
Noël a un goût de baisers sucrés,
et secrets,
à l'abri des regards...

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×