Under the rain, under thr sun, I love you ever

Under the rain Under the sun I love you ever







J'ai proposé à Jina et Lyam de venir dîner un soir à la maison, avec l'accord de Yann évidemment mais...comment dire, j'ai cette sensation de faire quelque chose de mal envers Adrian. Je lui en parlerais très bientôt, et je ne pense pas qu'il s'y opposera. Ah, quelle vie n'empêche...Il m'arrive maintenant d'avoir un moment de solitude, assise sur le canapé, à contempler ma vie, à faire cette espèce de bilan. Peut-être est-ce parce que c'est bientôt mon anniversaire ? Et oui, on approche des 23 ans. Enfin, je parle, je parle, mais Yann m'attend à la maison ! Ouh, j'adore dire ça "Yann m'attend à la maison"...C'est tout bête je sais, mais c'est si valorisant.

- Yann m'attend à la maison, Yann m'attend à la maison, Yann m'attend à la maison, répétais-je inlassablement sur le chemin du retour.


Soudain, un voile de pluie se pose sur New York et, ne faisant pas exception à la règle, j'ai ma part de la journée. Je presse le pas, faisant échos de mes pas dans les flaques d'eau qui se forment par les creux du trottoir mal goudronné. Par chance, mon bus vient d'arriver à mon arrêt. J'accélère et monte, trempée de la tête au pied.
- Salut Lee, me dit le conducteur.

- Salut Joe, Yann m'attend à la maison ! Dis-je instinctivement. Oh pardon...^^"

- Ton petit homme t'attend ? Eh bien je vais essayer d'aller un peu plus vite, histoire de ne pas le faire attendre, dit l'homme en me lançant un clin d'oeil.

- Oh merci ! Enfin, soyez vigilent quand même car avec toutes ces falques d'eau, il est conseillé de conduire prudemment.

- Très bien mademoiselle ! Dit-il comme un soldat.


Je ris et vais m'installer au fond du bus sous le regard des passagers interrogateurs. Certains sourient, d'autres me regardent comme énergumènes mais alors que je choisis une place, j'aperçois Jude, assis avec sa guitare qu'il réaccorde soigneusement. Son regard croise le mien et le fait sourire:
- Salut toi, dit-il.

- Salut, dis-je en m'asseyant sur la banquette derrière lui. Fais-moi penser à acheter une voiture et des botines...

- Pourquoi ? Demande-t-il curieux.

- Je ne sais pas, je pense toujours à des choses futiles sous la pluie, dis-je. En même temps, la pluie et moi c'est une grande histoire d'amour...

- Si tu le dis... Tu es vraiment étrange comme fille Lee mais je ne saurais pourquoi, tu séduis les personnes à qui tu t'adresses, rit-il.

- Beuh...n'importe quoi, dis-je gênée. Yann m'attend à la maison....

Sur ces mots, je souris comme une petite fille et me mord la lèvre inférieur, signe de mon excitation à le revoir. Jude sourit tout en me regardant amusé:
- Tu l'aimes beaucoup ce garçon hein ?

- C'n'est pas un garçon mais un homme, dis-je. Et je suppose que toi tu ne vois pas la différence, non ?

- Non, je ne la vois pas, mais ce que je vois, c'est que Joe et les autres passagers attendent que tu descendes depuis cinq minutes.

Je regarde autour de moi et sens les regards noirs des passagers qui me fixent, ainsi qui Joe qui se retient de rire. Je tire la langue à Jude et me dépêche de rentrer...

*



Je pense souvent au voyage en Angletterre vous savez. J'aime me dire que j'y retournerais un jour, juste pour revoir cette petite prairie où il n'arrêtait pas de pleuvoir. Tiens, pour mon anniversaire, pourquoi pas ? Non, pas trop envie de voyager ces temps-ci. Encore faut-il que je ne perde pas de valise cette fois-ci...
J'ouvre la porte de mon appartement, faisant valser les clés quelques secondes et dépose ma veste à l'entrée. Oh, je crois avoir attraper un petit rhume, je vais prendre un bain avant que...Un miaulement me sort dans mes pensées. Un miaulement ?

Soudain, je m'arrête net et comme un automate, je me retourne et découvre derrière moi un chat avec un noeud rouge accroché autour du cou. Je pose mes mains sur ma bouche pour me retenir de crier et finalement fait éclaté ma joie:
- KYAAAAAAAAAAAAAH !

...euh, bon peut-être est-ce un peu hystérique mais tout y est.

Yann sort de la salle de bain en trombe, une serviette autour de la taille et me voit accroupi près de mon petit chat noir. Reprenant son souffle, il me dit:
- Tu m'as fait peur ! J'ai cru qu'il t'était arrivé quelque chose. Enfin bon, tu as fait connaissance avec ton cadeau d'anniversaire à ce que je vois...

- IIl est trop mignon ! M'exclamais-je. Mais...je croyais que tu ne voulais pas de...

- CHIEN, insiste-t-il. Un chat est plus agréable et pose moins d'inconvénients ma puce...Je reconnais avoir hésité et après l'avoir choisi avec Adrian, je me demandais comment tu allais réagir. Tu n'es pas trop déçue ?


Je viens et l'embrasse amoureusement, tout en lui disant:
- C'est un magnifique cadeau ! Mais ce qui me fait le plus plaisir c'est que...tu as su mettre de côté ta hargne contre les animeaux de compagnie, riais-je. Et ça, c'est le plus beau cadeau que tu puisses faire pour moi...

- Non, répond-il pensif.

- Comment ça ?

- Je te ferais un plus beau cadeau un jour, dit-il en prenant mon visage entre ses mains. Et j'espère que ce sera le plus beau cadeau de ta vie....Bon, je vais m'habiller. Et trouves-lui un nom...

Les paroles de Yann me font quelque peu douter. Qu'est-ce qu'il voulait dire ? Un plus beau cadeau ? Est-ce que par hasard il...Je sens une boule de poils se frotter contre ma cheville, réclamant les caresses de sa nouvelle maîtresse. Je le prends dans mes bras, ce petit chaton de quelques mois, et lui dit:
- Tu sais, ça va pas être facile de vivre ici...Il y a tellement d'histoires qui se sont passées au cours de ma vie que j'ignore si je pourrais tout te raconter. Moi c'est Lee, ta nouvelle petite maman...Enfin, façon de parler hein ! Mmh, mais comment je vais t'appeler toi ? ...Je crois avoir trouvé. Brownie t'ira très bien. ^^



*



Adrian n'avait pas ressenti cette sensation depuis longtemps. Celle d'être allongé dans un lit douillet tout en serrant contre lui le corps nu de sa demoiselle. Son goût pour les femmes était peut-être frivole mais pour l'instant, il prie pour que ce moment ne soit pas éphémère en ce matin ensoleillé. Les rideaux rabattus laissent un léger rayon illuminé la pièce, éclairant les vêtements éparpillés sur le sol, enduis d'eau de cologne et de parfum de luxe, dont les boutons de manchettes sont argentés sur la chemise à côté des escarpins soigneusement vernis.
Oui, Adrian n'avait pas ressenti un tel bonheur depuis longtemps. Dana ouvre peu à peu les yeux, endormis sur le torse de l'homme, et se redresse pour voir à côté d'elle Adrian qui la regarde amoureusement.

- Tu sais quelle heure il est ? Demande-t-elle le sourire aux lèvres.

- Oui, dit-il. Je vais être en retard je sais, mais je n'ai pas envie de partir.

- Alors reste ! Dit-elle. Pour une journée, ils ne te vireraient par pour ça quand même.

- Non mais les vacances sont dans une semaine, alors autant que j'y aille maintenant, raisonne-t-il.


Il se lève en direction de la salle de bain pour se préparer, laissant la jeune femme déçue mais néanmoins atdmirative devant son sérieux. Elle qui est une bourreau de travail s'étonne même d'avoir proposer une idée aussi irresponsable et futile mais néanmoins agréable. Elle réalise enfin qu'avec Adrian, elle est heureuse et malgré le fait qu'elle se soit jurée de rester méfiante envers les hommes, elle arrive difficilement à résister au jeune Adrian. Elle l'aime, c'est un fait, mais est-ce pareil de son côté ? Il ne le lui a dit jamais dit. Peut-être est-ce un peu tôt pour parler de relation sérieuse. Visiblement, le temps allaient les amener un jour ou l'autre à se décider. Mais ne pouvait-elle pas vivre simplement son histoire à sa manière sans demander de compte à personne ? Elle l'aurait voulu mais sa nature la pousse à trouver du concret dans une chose. Son amour était-il concret avec Adrian ? A croire qu'elle considérait sa relation avec lui comme un simple dossier de son travail. La vie l'a rendue ainsi, à son grand désespoir, mais c'est ce qui l'avait permis de ne plus souffrir à cause des hommes.Être méfiante, s'appuyer sur des choses concrètes...ces choses la préservait de la souffrance, mais l'enfermait dans une peur absolue de se donner à l'homme qu'elle aime.

Adrian sort de la salle de bain, habillé de la tête au pied, et remarque la mine pensive de Dana. Il s'approche d'elle par surprise et l'embrasse sur l'épaule, la faisait esquisser un sourire léger.
- Qu'est-ce qui ne va pas ? Demande-t-il. Tu sembles préoccuper...

- Adrian, commence-t-elle, est-ce que...


Elle pouvait lui demander maintenant. Tout de suite, et voir enfin ses doutes disparaître mais...
- Ca te dirait qu'on passe les vacances ensemble ? Demande-t-elle enjouée.

- Hey ! Pourquoi pas, ca me changerait un peu, répond-il.Tu voudrais qu'on aille où ?

- Mmh...je ne sais pas, réfléchit-elle. Oh, à la mer ! Ca fait longtemps que je ne suis pas allée à la mer.

- D'accord, dit-il. Va pour la mer, ca me fera du bien de changer de paysage. Du moment que je suis avec toi, tout ira bien. Bon, il faut que j'y aille moi ou...


La jeune fille le fait basculer en arrière sur le lit par surprise et l'embrasse tendrement. Elle ne l'empêchera pas de partir, juste profiter encore de quelques secondes avec lui, en ce matin d'Avril ensoleillé. "Vivement les vancances" pense-t-elle.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site