Chuchottements dorés

Chuchotements dorés

Yann y a songé toute la journée sans pouvoir se concentrer sur ses dossiers. Il s'est presque rétabli et cela n'est plus qu'une question de jours. Mais pour l'instant, sa seule préoccupation est...moi ! Bien ^sûr, il est plus agréable de savoir que son homme fantasme sur vous - comme vous fantasmez sur lui, hum hum...- et non qu'il se précipite sur vous en entrant en disant...
- Lee ! J'ai bien réfléchi à ce que tu as dit hier...

-...Ah...ah oui ? demandais-je dans le salon, rouge comme une fraise mûre.

- Oui, je sais que tu penses bien faire et je comprends que tu veuilles rencontrer mes parents mais je t'assure que...

- Yann ?


Yann lève les yeux derrière lui, puis sonregard vire à l'effroi, sonteint se pâlit instantanément. Il croit frôler la crise cardiaque et pourtant, il réussit à s'exclamer:
- Papa ! Mais qu'est-ce que...

- Yann ? Te voilà enfin, rouspète sa mère d'une voix dénuée de tendresse. IL faut toujours que tu te fasses demander...Heureusement, Lee nous a fait passer le temps et nous a fait déguster ses gourmets.

- Qu'est-ce que, soupire Yann lorsqu'il s'arrête pour porter son attention sur moi.


Euh...disons que lorsqu'on fantasme sur quelqu'un, il est d'usage de lui lancer un regard tendre, non un regard noir comme celui que Yann me lance à l'instant. Je ne sais pas si je semble frire sur un barbecue àforce de rougir mais le fait est que je crains que notre discussion de ce soir soit des plus agités. Enfin, heureusement que mes parents sont à l'hôtel afin de visiter New York en amoureux...beurk !
Bon, Lee ce n'est (visiblement ?) pas le moment de penser à tes parents mais plutôt à ton couple et à la situation...l'ennui c'est que je ne sais pas comment réagir. Souris, c'est ça, souris ! Je lance mon plus beau sourire à yann avec mes yeux innocents. Il se relâche un moment puis d'une voix stricte murmure cependant :
- On en parlera ce soir...
***

- ...j'ai besoin d'un câlin, soupire dépitée Dana, plantée devant l'entrée de l'appartement d'Adrian.
Celui-ci lève son nez de son journal, le dépose, puis tend les bras vers la jeune femme qui vient sy' blottir doucement, fermant les yeux, sa joue contre l'épaule musclé de son compagnon. Il caresse doucement son doset lui demande enfin:
- Alors, ta journée ?

- Oh pitié, n'en parlons pas...la cacophonie de ces sonneries de téléphone, de photocopieuses, de stylos contre le papier sec, de ragots près de la machine à café, je me demande parfois comment je fais pour tenir ce travail.

- Mmh...je ne te connaissais pas aussi désespérée, rit-il.


La jeune femme se redresse, face à lui et affiche un sourire malicieux. Elle s'approche près de la bouche d'Adrian, puis susure doucement:
- Je crois que je n'ai envie que d'une chose...tu n'aurais pas une petite idée dessus ?

- Une chose qui ressemblerait à hier soir ? demande-t-il tout aussi joueur.

- Hier soir ?! Ca me semble si loin déjà...


A ces mots, il la renverse sur le canapé, puis l'embrasse amoureusement avant de déboutonner son chemisier blanc pour découvre le beau soutien gorge noir en dentelle qu'elle porte. Celle-ci fait de même avec lui, ôtant son haut avant de le jeter à terre rapidement. Soudain, un grincement de porte se fait entendre derrière eux. Les deux amants se redressent brusquement, pour enfin découvrir Logan, sortant de la salle de bain avec une serviette autour de la taille. Le rouge monte auxjoues de la jeune asiatique tandis qu'Adrian soupire d'eaxspération. Logan ne bouge pas d'un poil, appuyé contre le mur, les bras croisés, et un sourire moqueur aux lèvres.
- Vous m'auriez dit ce qui se préparait, j'aurais pris mes dispositions, les taquine-t-il.

- Quel idiot, grince Adrian entre ses dents tandis que Dana se rhabille en riant.

- Je crois que je ferais mieux de m'en aller, dit-elle en lui souriant. On se voit demain ?


Elle l'embrasse doucement. C'est alors qu'Adrian saisit le poignet de la jeune femme et lui chuchote à l'oreille:
- On reprendra où on en était.

La jeune femme rit et quitte l'appartement en saluant rapidement l'intrus qui venait de faire échouer ses retrouvailles avec son homme. Une fois qu'elle passe la porte, Adrian fusille du regard Logan qui mange une pomme dans la cuisine en éclatant de rire:
- Je la connaissais pas comme ça la petite chinoise...

- Ta gueule ! Et d'abord, elle est japonaise...grommelle le don juan en s'affalant seul sur le canapé avec ses fantasmes.

- Eh ! Ne me blâme pas ! rit Logan. Comment je pouvais savoir que vous auriez entrepris de telles choses ? Et puis vous auriez pu attendre que je vous rejoigne...


Adrian se redresse brusquement en écarquillant les yeux. Logan rit de plus belle et ajoute:
- Je plaisante ! Ah quel idiot tu fais...Allez, dis-toi que j'ai mis du piment dans votre relation et que demain ce sera plus chaud que ça aurait p l'être aujourd'hui !

- C'est ça crétin ! soupire Adrian un sourire aux lèvres devant les pitreries de son frère. Faudrait que je songe à acheter mon propre appart' un de ces jours.


***

- Oui, merci...non, on ne sait pas encore si c'est un garçon ou une fille...hein hein...oui...merci...oui,merci beaucoup....Euhça ne fait qu'un mois...oui...non, pas de prénoms pour le moment...oui, merci aurevoir.

Angie raccroche puis se tourne vers Andy qui rit aux éclats dans la cuisine. Elle se dirige vers lui, et lui arrache des mains son sandwich au beurre de cacahuètes:
- Eh ! s'exclame-t-il.

- Tu préviens toute ta famille aux quatres coins du monde et c'est moi qui subit tous ses appels ! grogne angie en croisant les bras.

- Laisses-moi te rappeler que ce n'est pas moi qui ait un oncle Carlos qui souhaite confectionner lui-même un berceau, la taquine-t-il en frottant son nez à celui de sa femme.

Angie éclate de rire et baisse les armes. Elle entoure le cou de son homme de ses bras et l'embrasse tendrement:
- Ca me stresse tout ça, avoue-t-elle. Je ne tiens pas à voir des centaines de parents derrière la vitre lors que mon accouchement en salle de travail.

- Oui je sais, rit Andy. Je sais mais ne t'inquiète pas, je veillerais à ce que ce petit bout de chou naisse incognito...

- Et qui te dit que ce sera un garçon ? demande-t-elle en levant un sourcil.


Andy lui sourit et sort une pièce de sa poche. Celle-ci n'était plus un cercle bien tracé mais plutôt abîmé, fendus à quelques endroits et cuivrée par le temps.
- Qu'est-ce que c'est ? demande la jeune métisse incrédule.

- Ma pièce porte bonheur, ou du moins celle qui a conduit mon père a épousé ma mère et qui lui a prédit qu'il aura un fils et non une fille en premier...

- Attends, tu ne vas pas me dire que tu vas...

- Pile ou face , demande-t-il toujours aussi sur de lui.

Angie soupire puis lui sourit en murmurant:
- Pile et c'est une fille...

- Face, et c'estun garçon beau comme un dieu, comme son père quoi ! rit Andy.


Puis d'un geste enfantin, il lance la pièce d'un coup de pouce qui atterit sur le sol. Les deux adultes, aussitôt retournés en enfance, s'accroupit afin de voir quelle partie apparait. C'est avec délectation qu'Andy annonce:
- Face ! Un dieu va naître parmi nous...rendez-vous dans neuf mois.

- De toute façon, je saurais bien assez tôt si c'est un garçon, persiste Angie en le défiant du regard.

- Ah oui, et comment ?

- Il sera aussi turbulant que son père dans mon ventre, rit-elle.

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×