C'est dans la boîte

C'est dans la boîte !


La soirée s'est ien passée et l'atmosphèreétait des plus agéables au dîner,

 même entremon père et yann. Yann s'est montré adorable et je dois dire que je suis assez heureuse qu'il en ait été ainsi ! Alors que mes parents sont couchés dans la chambre d'à côté, j'enfile ma nuisette bleu clair et m'assois au bord du lit tandis que Yann enlève son haut. Quel corps d'Appolon, je n'arrive toujours pas à croire que jepuisse me trouver avec un homme aussi beau. Ce dos où se dessine des muscles fermes, cette silhouette grande et svelte qui s'harmonise à son doux visage, doté de ses yeux gris bleu qui m'ont toujours envoûtés. Oui, même aujourd'hui, je me demande en quoi j'ai pu attirer son attention sur moi, car il faut dire qu'ave le temps, ma maladresse n'a pas disparu. Tout de même, je vais passr ma vie avec cet homm, il ne sera ren qu'à moi, et j'aurais la ctitude de le retrouver en rentrant chez moi: c'est innouie ! Même si je persiste à penser qu'il devrait inviter ses parents à notre mariage. Je l'ai vu ce soir, ce regard envieux qu'il lançait devant la complicité qui me liait à mon père et à ma mère, ses yeux brillaient comme une flamme qui revivait après être rester longtemps en état de braise. Je ne sais pas, peut-être devrais-je lui en parler car aufond, nous n'avons jamais vraiment abordé le sujet...
- A quoi tu penses ? demand-t-il.Je rougies et réalise qu'il est juste près de moi, le sourire aux lèvres:
- A...a rien...
-Tes joues sont toujours aussi rouges, rit-il.
- Traîtresses, soupirais-je à moi-même. Euh...je me disais juste que ce soir, mes parents et toi vous êtes bien entendu...
- Oui, ton père est vraiment très sympathique...
- Hum...oui, et c'est vrai qu'il est normal de rencontrer ses beaux-parents,bredouillais-je.
- Oui, dit-il perplexe.
- Et justement, je me disais que je pourrais rencontrer les tiens...
Le visage de Yann s'assombrit. Ma gorge s'assèche, attendant sa réponse. 'est d'une voix ferme, évitant mon regrd, qu'il déclare:
- Non, c'est inutile..

Il s'allongeet s'installe dans le it. C'est d'une voix doucereue que je continue:
- Je sais que tu ne les apprécie pas particulièrement et j'ai toujours évité le sujet jusqu'à présent mais, j pense qu'il est important que je les renconre au moins une fois,non...

- N'insistes pas Lee, j'ai été clair à ce sujet, répond-il durement, je ne tiens pas à revenir dessus. Bonne nuit.
Il éteint la lumière et tout deux nous sommes plongés dans le noir. Dans l'obscurité, ma rage s'étouffe dans l'oreiller et l'impression qu'il pouvait être adorable s'estompe peu à peu dans la nuit noire. Mais Ynnet assez intelligent pour savoir que cela nesuffira pas à m'en empêcher. Du moins, je l'espère...


***

-....mais finalement, Marge a pu aisément donné le book à l'usine pour la productin de cette ligne et il s'en est falu de peu. Je crois que l'on peut dire que je suis tout de même une bonne directrice, dit fièrement Jeane en buvant une gorgée de son vin blanc.

Elle pose son verre devant elle et regarde Daniel, pensif. gênée, elle confesse:
- Je sais que mes histoires peuvent sembler banales ou certainement t'agacer et j m'excuse si c'est le cas mais...

- Ca te dirait qu'on aille en vacancs deux semaines aux antilles ? demande-t-il brusquement un sourire malicieux aux lèvres. Histoire que cette Marge puisse s'occuper seule de ton agence...

Jeane lui donne son sourirele plus radieux, et retient son excitation Daeil l'avait écouté mais non seulement, il lui proposait des vacancs entre amoureux, histoire de s'éloigner de la vie de tous les jours. Le rouge aux joues, elle tente de se calmer difficilement et demande toute excitée:
- Mais..enfin...pourquoi prendrecette décision alors que nous ne sommes pas encore en vacances ? Pourquoi maintenant ?

- Parce que j'ai envie de passer un peu de temps avec toi,explique-t-il. Et puis, c'est une façon de m'excuser..

- De quoi ?Demande-t-elle étonnée.

Il plonge ses yeux bleus azur dans le regard marron doré de la jeune femme, qui rougit instinctivement. Jeane ne se connaissait pas aussi fleur bleuedevant le regard de son homme mas les yeux qu'ils lui lancent ne semblent pas aussi paisible qu'à l'accoutumer.Daniel prend la main de Jeane et la caresse doucement, murmurant doucement :
- Pour tout ce que je t'ai fait endurer, moi et mon coeur indécis, mon impulsivité légendaire qui me poussaient à m'accrocher à Lee alors que j'avais déjà une femme merveileuse devant moi. J'ai fait beaucoup 'erreurs et t'en ai fait souffrir, mais maintenant, je veux t'accorder un séjour rien qu'à toi, où tu pourrais enfin avoir ce que tu veux...

- ...et ce que je veux, c'est toi, ajoute-t-elle les larmes aux yeux. Et, j'avoue t'en avoir voulu longtemps mais Daniel, je t'aime et je ne demandes rien de plus qe ce soit réciproque.

- Et ça l'est Jeane, susurre-t-il avant de l'embrasser amoureusement, ça l'est.



***

- Mme Sacks...vous m'écoutez ?

- Enceinte...


Angie reste le regard vide, fixant inconsciemment la rue où un mulitude de gens se presse et traverse les rues entre les véhicules pris par les bouchons. La jeune femme détache ses cheveux, secouan la tête pour laisser sa chevelure jais s'échouer le long de son dos telle une magnifique cascade, puis lèveles yeux vers le vieil homme qui garde un sourire chaleureux qu'elle lui rend:
- Je ne m'y attendais pas, avoue-t-elle.

- Vraiment ? L'idée ne vous a-t-elle pas traversr l'esprit ?

-Eh bien...vaguement, confesse-t-elle en rougissant. N'est-cepas un peu trop tôt ? Je viens de me marier il y a juste un mois met volà enceinte.

- Ca, c'est à vous de voir, dit-il avec le sourire. En tout cas, félicitations.


Il lui serre la main tandis qu'elle ramasse ses affaires. Il lui donne rendez-vous dans quelques semaines, puis la salue enfin. Angie reste plus ou moins sous le choc et se laisse très vite submergée par la joie. Ses yeux s'embuent de larmes de joie, tandis qu'elle longe la galerie marchande. Elle pose un regard furtif sur les vitrines et ne peut s'empêcher de s'arrêter devant une boutique de vêtements pour bambins. Soudain, ellese précipite à l'intérieur et commence ses achats...


- Eh Andy ! Tiens, on a déposé ça pour toi...Andy qui est au téléphone fait signe à son collègue de le déposer devant lui puis reprend sa discution avec son meilleur ami:
-...Je ne comprends pas pourquoielle tient tant à rencontrer mes parents. Après tout, je ne vois pas pourquoi il est si important pour elle de les voir sachant qu'ils ne viendront même pas à notre mariage. Qu'est-ce que tu en penses ?

- Je pense que tu es l'homme le plus têtu et le plus incongrue que je connaisse, sopire d'exaspération le jeune homme tout en déballant son colis.Yann, mets-toi à sa place, imagines qu'elle ne veuille pas te présenter à ses parents,cela te laisserait entendre qu'elle n'ose pas affirmer ta présence auprès de son entourage, et même qu'elle en est honte.

- Elle sait très bien que ce n'est pas le cas...

- Rectification: TU le sais très bien, elle non, ou du moins, elle doit en douter après la manière dont tu as dû la rembarrer lorsqu'elle a voulu en parler, corrgie Andy en ouvrant enfin le carton.

- Peut-être...et puis connaissnt Lee, elle pourrait facilement s'inquiéter. Qui plus est, je préfèrerais ne pas faire d'encombres à l'approche du mariage...Je lui en parlerais ce soir...Andy ?...Andy, t'es là ?!


Andy reste bouche bée, les yeux étincelants de mille feux, ému devant les chaussons de bébé , l'un rose, l'autre bleu, soigneusement posés dans un paier feutrée de même couleur, accompagnés d'une carte avec inscrit "J'espère que tu as prévu un autre chambre...Papa !" Angie.
- Andy ?
-Yann...
- Eh, qu'est-ce qu'il ya ? Ca fait plusieurs minutes que je t'appelle...
- Yann, je...je vais être papa !

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site