After the rain... the blood

After the rain...the blood...

 

Les grands jours de notre vie restent souvent dans nos mémoires comme les plus inoubliables. Tel un album photo à travers lequel nous revivons nos bons moments, nos rires, nos pleurs, et nos rêves.
Mais pour se les remémorer plus tard, il faut les vivre aujourd'hui...

- Lee, à 3, je défonce la porte ! S'écrie Yann, exaspéré.

- M'en fiche ! Je sortirais pas de cette salle de bain et j'irais pas à ce mariage ! Je suis horrible ! Ma permanente a complètement foirée et je ressemble à un mouton !

- Eh bien même les moutons les plus stupides acceptent de sortir de la salle de bain pour ne pas être en retard au mariage de l'une de leurs meilleures amies, ainsi que pour un dénommé "Andy" qui se trouve être mon meilleur ami.

- Les moutons font des mariages ? Je savais pas.

- Lee ! Mouton ! Ou qui que ce soit ! SORS DE CETTE SALLE DE BAIN !

Sur ces mots, j'ouvre la porte grinçeante, tête baissée. Dans ma robe rose crème et mes escarpins vernis qui y sont assortis, je fais une mine renfrognée. Non, ce n'est pas cette robe qui pose problème ! Ni ces escarpins ! A vrai dire, si ce n'était que ça...Non, le problème c'est...

- C'est si horrible que ça ? demandais-je en voyant Yann faire une petite moue.

- Euh...disons que l'allusion au mouton n'était pas totalement infondée...


Mais dans toute cette agitation, alors que l'Homme voue un culte à la perfection, chez les Rogers et les Sacks la pression est à son comble...pour une tout autre problème:


- Rouge ! Je veux du rouge ! s'écrie la mère d'Angie.

- Rouge ?! S'étonne encore la mère d'Andy. Et vous voulez croire que la nappe a servi de mouchoir pour un saignement de nez ou quoi ! Mariage, blanc ! Il y a assez de rouge comme ça ! J'en deviens aveugle...

- Vous l'êtes déjà pour ne pas voir que le mieux serait une nappe rouge ma chère !

- Quoi ?! Mais je ne vous permet pas !

- Mais je ne vous ai pas demander une quelconque permission !

- Faites-les taire, soupire Angie en refermant la porte de sa chamnbre, non loin de la dispute. Et où est Lee ?

- Elle a eu un contre temps, explique Jina qui étiat présente dans la pièce.

- Ne t'en fais donc pas pour ça ma puce, rassure Jeane, en invitant Angie à s'asseoir devant sa table à maquillage. Tout va bien se passer, tu connais Lee, non ? Elle a toujours de nombreuses péripéties...

- Oui mais j'aurais aimé que le jour de mon mariage, ses péripéties nous épargne, soupire la future mariée dépitée.

- Mais où sont Daniel et Yann ? demande Jina. Andy semble les chercher depuis tout à l'heure...

- Ils ont du faire une course, répond encore une fois Jeane. Andy leur avait demandé d'aller chercher je ne sais quelles babioles...Probablement quelques bières, ce dont notre très cher traiteur n'a pas penser à prendre.

- C'est un traiteur...pas un barman, rit Jina.

- Encore deux invités qui manquent à l'appelle, désespère Angie. Et comment se fait-il que tu sois au courant de tout ça ?

- C'est parce que j'ai un homme prévenant que j'appelle et qui m'appelle dès qu'il a un inconvénient, dit Jeane fièrement.

- Hum...Chérie ? dit Mme Rogers en passant sa tête dans l'ouverture de la porte. Je...Je crois que nous allons prendre le blanc pour la nappe...


Et tandis que les jeunes femmes s'angoisseait devant le problème existencielle de la nappe rouge...finalement devenue blanche, plus loin, loin de toute cette perfection immaculée...


- Vous n'avez plus de bières ?! S'indigne Daniel au caissier.Non mais dans quel monde on vit ! Un monde sans bière ?!

- Ecoutez, reprend calmement Yann, nous avons un mariage dans (il regarde sa montre) maintenant 15 minutes et il nous faut ses bières. Un pote va fêter son mariage...pitié, vous ne pouvez pas nous priver d'une bière mémorable tout de même ?

-Mais, je vous l'ai déjà dit M'sieur, bredouille l'adolescent intimidé par ses hommes en smoking. Les étudiants des facs voisinent ont tout pris ! Ils ont fait la queue pendant plusieurs heures, achetant par 10 les packs de bières m'sieur...Et à mon avis, l'épicier de la rue voisine est dans le même cas que moi...

- Bon, laisses tomber Yann...soupire Daniel.

- Attends, reprend l'homme brun, on va aller à l'épicerie d'à côté. Qui sait il a peut-être eu un chargement depuis ce matin ?


Le plus drôle dans tout ça c'est que de petits détails insignifiants peuvent changer notre vie et se transformer en de lourde conséquence. Cette bière ? cette nappe ? Etait-ce si important ? L'homme vit au jour le jour ses instants et avide de beauté, il met tout en scène pour que le moindre petit détail ne lui échappe pas. pourquoi une marge d'erreur peut-être aussi mal vue alors que parfois, elle pourrait nous éviter bien des ennuis...


- Lee ! S'écrie les jeunes deux demoiselles d'honneur avec la mariée.

- Désolé pour mon retard, et pour ce...cette horrible coiffure, dis-je essouflée. J'ai tout essayé...Tout !

- Le fer à lisser ? propose Jina en voyant mes cheveux.

- Tout !

- le fer à cheveux ? demande Jeane.

- Tout !

- Le fer à repasser ?propose enfin Angie.

- To...Euh, peut-être pas. Quoi, vous pensez que ça marcherait ?!

Mes amies lèvent les yeux au ciel, me regardant, moi et ma hord de cheveux bouclés de partout. Cette groosse boule frisée était l'oeuvre de mon manque de rigeur légendaire...Même au mariage d'Angie, je ne peux pas être habilé convenablement. Alors que je baisse la tête, la jeune mariée prend mon visage entre ses mains et me dit, le sourire aux lèvres.

- Je suis heureuse que tu sois là...Toi et ta petite maladresse.

Je la prends dans mes bras et la sers contre moi.
- Bon, allez ! On va arranger ça avant que ma mère suggèrent de te teindre en rouge...

- Quoi ?! Demandais-je.

- Euh, laisses tomber, rit Jeane.



Mais dans les moments qui nous échappent, il est toujours agréable de voir les choses les plus simples qui s'avèrent être parfois, les plus agréables.

Après mon arrivée, nous préparons à escorter la mariée la mariée, tandis qu'Andy patiente hargneusement, cherchant du regard ses deux amis. Ashton lui chuhote à l'oreille:
- Arrêtes de t'impatienter...Ils vont venir.

- Mais qu'est-ce qu'il foute ? S'étonne Andy. Un pack de bières, c'est pas comme si je demandais un puit de pétrole ma parole...

- Non, mais je pense que ce que demande Angie c'est que tu la regardes pendant qu'elle marchera vers toi, dit-il en souriant. Et non que tu penses à de pures broutilles le jour de ton mariage...


Andy reporte son attention sur la jeune mariée, non loin de là qui arrivait, tandis que la foule fait un silence cérémonieux à l'occasion de son entrée. Angie, dans une robe blanche scintillant sous les rayons du soleil, avance à pas lents, nerveuse. Ses cheveux bruns ondulaient et atteignaient ses épaules nues, tandis que ses lèvres rouges tremblaient légèrement au fur et à mesure que les regards la suivaient. Tout le monde était là et ne regardait qu'elle. Andy, patientant près del 'hôtel ui lance un sourire tendre car si l'espace était remplie aujourd'hui, ils n'y auraient qu'eux sous cet arche de fleurs rouges...


- Merci beaucoup, achève Yann tandis que Daniel, l'air triomphant, porte le pack de bouteilles à la main.

- Je crois qu'on va rater le mariage...mais au moins, on pourra assouvir notre soif, rit-il.

- Oui, mais dépêchons-nous, s'inquiète Yann.Je m'en voudrais si je ratais le mariage d'Andy. Je lui ai promis.



Les deux hommes partent en direction de la sortie mais alors qu'ils s'apprêtent à franchir la porte, un jeune homme entre dans la boutique. Peut-être était-ce le smoking ? Peut-être se trouvait-il au mauvais endroit au mauvais moment ? Peut-être que tout ça aurait pu être différent...


- Angie Rogers, Andy Sacks, je vous déclare....

Andy et Angie se regardent dans les yeux. On sera ensemble demain, pensaient-il. Et dans un mois, et dans un an, et dans un siècle, ils regarderont toujours ces yeux. Leurs mains seront toujours liées comme à cet instant, et si derrière ce voile rouge, une larme de joie roule le long de la douce joue de la mariée, quelques larmes de plus ne gêneront personne. Enfin...presque.
Alors que les secondes semblent s'allonger, un voile de pluie vient couvrir l'arche fleuri des deux futures mariés, attirant l'attention de tout le monde.
Tous les invités se levèrent , pris au dépourvu, tandis qu'Andy et Angie demeurent à l'abri sous l'arche de bois. ils contemplent avec stupeur, le banquet trempé, et les invités s'agitant partout. Seuls Ashton, Jeane, Jina et moi restont de glace face à cette averse inattendue.
Les roses, les décorations, les amuses-gueules...Tout part sous l'eau abondante venue du ciel. Ashton, déboussolé, soupire:


- Ce n'est pas à ça que je pensais en me mariant aujourd'hui...

Angie tourne la tête vers Andy, le sourire aux lèvres. Elle murmure enfin:

- Ce n'est pas comme ça que je l'imaginais non plus...sous la pluie, il est plus beau encore.

C'est à, sous cette pluie, à l'abri de cet arche de roses rouges qu'ils s'embrassèrent, s'unissant pour le meilleur...et pour le pire.

Je suis là. Mes amis et moi sommes là, et seront peut-être le seuls à avoir vu ce baiser éternel auquel nous assistons. C'est un jour de pluie où l'amour, une fois encore, fait son apparition dans les circonstances les moins parfaites , les moins décorées,et surtout... les plus inattendues.


L'amour est un fait...


- Lee est-ce que ça va ?


Il nous lie avec quelqu'un que nous pouvons sentir à l'intérieur de nous.


- Les mains en l'air ! Toi avec ton smoking, donnes-moi ce que t'as...


De cette personne, nous ressentons la joie...

- Lee, qu'est-ce qu'il ya ?!

La douleur...

- Allez mets tout dans le sac ! crie le voleur au caissier.

La peur...

Le voleur recompte les billets, laissant un moment d'innatention. Daniel regarde Yann et lui murmure:
- Non...Yann.

Le doute...

- LEE !



Et enfin...


- NON !

Une balle rententit dans l'épicerie de la seconde avenue, tandis que le voleur s'enfuit en courant. Un corps inerte gît sur le sol dans une marre de sang, suffoquant. Son ami près de lui, lui tient la main, essayant de le garder en vie. Non, il ne pouvait pas mourrir, pas comme ça. Pour Lee, pour Andy, pour lui...Non, il n'avait pas le droit de mourir.


Il n'en avait pas le droit...pour moi.
- Lee ?
- Il s'est passé quelque chose...dis-je d'une voix inaudible.




S'il y a un sentiment que l'amour peut nous faire ressentir en ce monde...


L'ami se penche au-dessus du corps de la victime se vidant de son sang. Il regarde les yeux gris palîssant du blessé. Ces yeux gris...

- Lee !



Mes yeux gris...

- Yann, ne meurs pas...Je t'en prien supplie daniel en larmes.




...La peine.


Yann, ne meurs pas.
La peine me tuerait...

Les Histoires et certaines images présentent sur ce site appartiennent à Canell.

Veuillez respectez son travail et ne pas le reproduire.

®Tous Droits Réservés®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site